Memory Alpha
Advertisement
Dexter Remmick

Lieutenant commander Remmick possédé par un être parasite

La mystérieuse race des "êtres parasites" et leur "créature mère" était reconnue comme une forme de vie parasite extraterrestre intelligente et non humanoïde. Il s'agissait de parasites neuraux. (TNG: "Conspiracy")

Histoire[]

Cette espèce fut découverte par la Fédération des planètes unies au milieu des années 2360. À l'époque, la véritable origine de ces êtres parasites étaient inconnues, mais il fut établi qu'ils provenaient de la Voie lactée.

Bien que déclarant qu'ils ne voulaient aucun mal et qu'ils ne cherchaient qu'une coexistence pacifique, les actions agressives de ces parasites indiquaient le contraire. De fait, ils avaient la capacité d'envahir et de contrôler les espèce humanoïdes, notamment les Humains et les Vulcains. (TNG: "Conspiracy")

Infiltration de la Fédération[]

La Fédération découvrit d'abord ces créatures sur une lointaine planète non répertoriée au cours d'une mission d'étude. En 2364, ces formes de vie mirent environ six mois à infiltrer le commandement de Starfleet, atteignant notamment des amiraux de haut rang.

Parmi les personnes victimes du contrôle de ces créatures figurèrent les amiraux Gregory Quinn, Aaron, Savar, ainsi que le capitaine Tryla Scott, le lieutenant commander Dexter Remmick. Le premier officier et le médecin en chef de l’USS Horatio furent également suspectés d'être sous le contrôle des parasites. (TNG: "Conspiracy")

Au milieu de l'année 2364, l'amiral Quinn soupçonna que quelque chose ne tournait pas rond au niveau du commandement de Starfleet. Cherchant des alliés de confiance, il ordonna au lieutenant commander Remmick d'enquêter sur le capitaine Jean-Luc Picard pour déterminer s'il pouvait lui faire confiance. L'enquête de Remmick révéla que, même si le capitaine fraternisait trop à son goût avec les membres de son équipage, Picard était irréprochable. Quinn fit part à Picard de ses soupçons et lui dit qu'il voulait le promouvoir au rang d'amiral de l'Académie de Starfleet, afin qu'il puisse rester à proximité. Picard refusa l'offre, pensant qu'il pourrait mieux servir Quinn en restant capitaine de l’Enterprise. (TNG: "Coming of Age") D'autres officiers de haut rang avaient leurs propres soupçons. L'amiral Norah Satie contribua également à la découverte de cette conspiration. (TNG: "The Drumhead")

Les capitaines Walker Keel, Tryla Scott et Rixx remarquèrent une série d'ordres et d'activités inhabituels en provenance de Starfleet Command. Des officiers qu'ils connaissaient depuis des années étaient, selon les mots de Keel, soudainement en train de "bluffer en parlant du bon vieux temps". De même, la base stellaire 12 avait été mystérieusement évacuée pendant deux jours sans explication et les officiers Onna Karapleedeez, Ryan Sipe et McKinney étaient tous morts dans des circonstances étranges.

Quinn et Scott finirent par être victimes des parasites à leur tour, devenant tous deux des hôtes, tandis que Remmick devint involontairement l'hôte de la "créature mère" des parasites. Plusieurs autres officiers furent infectés et restèrent au siège de Starfleet ou furent transférés dans des bases stellaires afin d'accroître l'influence des parasites.

Les capitaines Keel et Rixx ignoraient cela et convoquèrent Picard à une réunion sur Dytallix B par un signal de code 47. Ils avertirent Picard de la menace et lui conseillèrent de rester sur ses gardes. Peu après, le vaisseau de Keel, l’USS Horatio implosa alors que Keel et son équipage se trouvait à bord. Cet incident, ainsi que les preuves trouvées par Data au sujet des ordres inhabituels donnés par Starfleet, conduisirent Picard à ordonner à l’Enterprise de se rendre sur Terre pour confronter directement le commandement de Starfleet.

Arrivée en orbite de la Terre, Quinn monta à bord de l’Enterprise et, tandis que Picard se trouvait à la surface de la planète avec Aaron et Savar, Quinn tenta d'implanter l'un des parasites au docteur Beverly Crusher. Au lieu de cela, le commander William T. Riker attira en premier l'attention de Quinn et ce dernier essaya de l'infecter à la place du docteur Crusher. Riker voulut le repousser, mais Quinn le maîtrisa facilement, avant de faire de même avec Geordi La Forge et Worf. Finalement, ce fut le docteur Crusher qui réussit à l'arrêter en lui tirant dessus à plusieurs reprises avec un phaseur réglé pour tuer.

Après avoir maîtrisé les amiraux Savar et Aaron, ainsi que le capitaine Scott, Picard et Riker suivirent l'un des parasites jusqu'à une pièce où Dexter Remmick, habité par la "créature mère", fut découvert en train de transmettre un message. La créature, qui communiquait par l'intermédiaire de Remmick, déclara que sa race recherchait une "coexistence pacifique", allant en contradiction avec le nombre de morts qu'elle avait accumulé jusqu'alors.

Remmick aftermath

"Créature mère" détruite

Remmick et la "créature mère" furent tués par les tirs combinés des phaseurs de Picard et Riker, provoquant alors la mort de tous les autres parasites sur Terre. Ainsi, l'amiral Quinn, lui aussi possédé, se remit complètement.

La "créature mère" avait envoyé un signal dans l'espace lointain, que Data identifia comme étant une balise, laissant supposer que le retour de ces parasites n'était qu'une question de temps. (TNG: "Conspiracy")

Héritage[]

Après la défaite des parasites, leur infiltration au sein de Starfleet devint une théorie du complot très populaire, à tel point que certains jeunes officiers pensaient qu'il s'agissait uniquement d'une rumeur et ignoraient que cela s'était réellement produit. Les conspirationniste croyaient à tort que les parasites pénétraient dans leurs victimes par les fesses et qu'ils étaient toujours dans la Fédération.

En 2381, deux conspirationnistes de Tulgana IV demandèrent aux enseignes Beckett Mariner et Brad Boiler de leur dire la vérité sur ces parasites et ils les accusèrent d'être eux-mêmes contrôlés par les parasites. Les conspirationnistes avaient également un modèle de parasite dans leur stand de recrutement. (LD: "Reflections")

Biologie[]

Êtres parasites[]

Etre parasite

Un parasite neural

Ces "êtres parasites" ressemblaient à des insectes rampants communs. Leur corps mesurait environ douze centimètres de long et était de couleur violet clair. Les parasites avaient également deux pinces, six pattes et un dard bleu.

Lorsqu'il envahissait son hôte, le dard du parasite dépassait de la peau de la victime au niveau de la base de son cou, afin qu'il puisse respirer. C'était le seul attribut physique permettant de reconnaitre une personne infectée par un parasite.

À l'intérieur du corps de l'hôte, le parasite prenait le contrôle total de toutes les fonctions cérébrales de sa victime en plaçant ses pinces autour du tronc cérébral de cette dernière. L'emplacement des pinces stimulait également les glandes surrénales de la victime, ce qui permettait au parasite de développer chez son hôte une très grande force physique, ainsi qu'une résistance accrue.

Au cours d'une altercation physique l'opposant à deux humains et un klingon, le parasite dans le corps de son hôte déclara qu'il pouvait facilement briser le cou à son assaillant. De même, les tirs de phaseur réglé sur "paralysé" n'avait aucun effet sur les hôtes victimes. Il fallait, en effet, pour les arrêter, plusieurs tirs d'un phaseur réglé sur "tuer".

Lorsqu'ils possédaient un hôte, la seule façon connue d'identifier la présence d'un parasite, en dehors de son dard, était les "trous de mémoire" dont faisait preuve les victimes. En effet, s'il pouvait contrôler les faits et gestes de leurs hôtes, les parasites semblaient ne pas avoir un accès total à leur mémoire.

Une fois installé, le parasite ne pouvait être retiré par voie chirurgicale sans tuer l'hôte. Si l'on ne savait pas comment les parasites pénétraient dans le corps de l'hôte, on savait que lorsque l'hôte devenait inutile le parasite s'évacuait par la bouche de sa victime et retournait vers l'hôte de la "créature mère".

Créature mère[]

Mother creature

Créature mère

La "créature mère" était plus grande que les parasites, mesurant une quarantaine de centimètres, et était capable de rugir de manière audible.

Elle aussi était capable de vivre à l'intérieur d'un hôte humanoïde. De fait, elle se développait dans l'abdomen de son hôte, tandis qu'une dizaine de parasites pouvait coexister dans le reste du corps de la victime.

La mort de la "créature mère" provoquait l'incapacité de sa progéniture à survivre sans elle. (TNG: "Conspiracy")

Culture[]

Dans l'ensemble, ces parasites se considéraient comme des formes de vie supérieures aux êtres humanoïdes, notant que la patience était l'une de leurs vertus. Ils déclarèrent également qu'ils appréciaient le théâtre, une caractéristique qu'ils disaient partager avec les Humains. (TNG: "Conspiracy")

Coulisses[]

Script[]

L'être parasite était décrit dans la version finale du scénario comme "ressemblant à un poisson d'argent surdimensionné". Plus tard dans le script, il était également décrit comme un "étrange animal ressemblant à un insecte".

La "créature mère", quant à elle, était décrite dans la version finale du scénario comme étant "d'un jaune terne - ressemblant à un croisement entre un parasite et un fœtus humain". Elle était également décrite comme une "créature-fœtus".

L'ouvrage Star Trek Chronology (deuxième édition, p.290) indiqua : "Bien que Picard et compagnie aient réussi à les éradiquer, les parasites ont renvoyé un mystérieux signal radio, vraisemblablement à d'autres de leur espèce. À l'époque où l'épisode a été écrit, cela devait apparemment conduire à l'introduction des Borgs dans la deuxième saison de Star Trek: The Next Generation. Le lien avec les Borgs a été abandonné avant l'écriture de Q Who (TNG), et la vérité sur les parasites reste un mystère".

L’œuvre de référence The Art of Star Trek (p.104) déclara que, bien que les parasites soient "apprivoisés par rapport à Alien, ce type d'histoire n'était pas typique de ce que les téléspectateurs attendaient de STAR TREK, et n'a pas été poursuivi".

Conception[]

Mother parasite prop

Accessoire de la "mère créature"

Ces parasites furent conçus par Andrew Probert. Dans ses dessins conceptuels, datés du 4 mars 1988, la "maman insecte" avait à l'origine une tête avec des pinces qui rappelaient davantage les parasites plus petits.

Le modèle de studio de la "créature mère" fut construite plus tard par Makeup & Effects Laboratories, une société dirigée par Allan A. Apone, d'après un dessin de Rick Sternbach. (Star Trek: The Next Generation 365, p.111)

La marionnette fut manipulée par l'accessoiriste Alan Sims.

L'armature en fil de fer souple utilisée dans la marionnette des "êtres parasites" fut fabriquée par la boutique Starlight Effects et mesurait 4,5 pouce de long (environ 10cm).

Autres médias[]

Littérature[]

Les parasites réapparurent dans la série de comics The Broken Moon!, lorsque Geordi La Forge déjoua leur tentative de prendre le contrôle des Onglaatu.

La nouvelle Sins of the Mother, tirée de l'anthologie The Lives of Dax, révéla que des parasites neuraux avaient été découverts sur une comète près de Trill par Audrid Dax, alors à la tête de la Commission de symbiose Trill et dont le mari avait été victime d'un parasite. Les autorités Trill classifièrent ces connaissances et ne les divulguèrent jamais au public.

Dans la série de romans Mission Gamma et dans le roman Unity, les parasites neuraux revinrent en 2376, après la fin de la guerre du Dominion. Shakaar Edon faisait partie des personnes possédées et fut tué par un délégué Trill lors de l'entrée de Bajor dans la Fédération.

Dans le roman Unjoined, il fut révélé que les parasites neuraux avaient été génétiquement créé à partir de symbiotes Trill dans une ancienne colonie Trill sur Kurl. Ces symbiotes étaient conçus pour être retirés sans tuer l'hôte et étaient transmis de Trill à Trill. La colonie fut anéantie par les Trill non possédés lorsqu'ils découvrirent que la combinaison d'un virus muté et du génie génétique avait rendu les symbiotes fous.

Jeux[]

Les parasites neuraux apparurent récemment dans le scénario du jeu de rôle Star Trek Adventures - A Star Beyond the Stars, où ils tentèrent d'infiltrer l'Empire stellaire romulien.

L'extension CCG: All Good Things du Star Trek: Customizable Card Game donne à cette espèce le nom de "Bluegill".

Dans Star Trek Online, ces parasites, appelés "Bluegills", avaient été conçus par les Solanae pour le compte des Iconiens. Les Iconiens utilisèrent les Bluegills pour obtenir l'aide des Vaadwaurs, les aidant à devenir une puissance redoutée dans le quadrant Delta en échange de la prise de possession par les Bluegills de la direction des Vaadwaurs.

La mission "Uneasy Allies" établit que la physiologie des Trills était très résistante aux parasites, ce qui leur donnait une bien meilleure chance de survivre à la possession. Les Trills ayant un symbiote étaient dits immunisés contre la possession des parasites en raison de la symbiose.

Advertisement