FANDOM


Monde réel
(article ou section(s) écrit(es) à partir du point de vue: "monde réel")
Cinefantastique logo
Editeur: Cinefantastique
CFQ Media, LLC (sous le nom "CFQ")
Parution: 1970 - 2002
2003 - 2006 (sous le nom "CFQ")
Numéros: 173
25 (sous le nom "CFQ")
Rédacteurs: Frederic S. Clarke, autres
David E. Williams, Jeff Bond (sous le nom "CFQ")

Cinefantastique était un magazine spécialisé dans les films et les séries télévisées d'horreur, de fantasy et de science-fiction. Créé dès 1967 sous forme de fanzine par Frederic S. Clarke {w}, Cinefantastique devint rapidement une revue critique de qualité proposant des articles de fonds. A partir de 1970, il fut lancé comme magazine à part entière, avec une nouvelle numérotation.

Témoin de cette qualité supérieure, le magazine était imprimé intégralement en couleur, y compris pour les pages intérieures, sur papier glacé. Il ne comptait que peu de publicités, qui étaient toujours liées au sujet. Au fil du temps, la formule intégra des éléments plus journalistiques en dépêchant des reporters pour récolter des informations de première main, émanant directement du personnel de production.

En 1977, un autre élément fut introduit avec la publication d'un numéro double dédié à Star Wars. Des numéros spéciaux de ce genre furent régulièrement publiés par la suite, et permettaient aux éditeurs d'aller plus loin encore sur certaines productions phares. Jusqu'alors, le concept de la revue était similaire au magazine Starlog.

En 1990, Star Trek: The Next Generation fut la première série à faire l'objet d'un numéro spécial "guide des épisodes". Enrichi d'articles derrière-la-scène, ce numéro différait des publications habituelles. Cette formule fut très bien accueillie par les lecteurs, et fut reprise par la suite pour d'autres séries phare de l'époque comme X-files {w} ou Babylon 5 {w}.

Les principaux journalistes à travailler sur Star Trek furent Mark A. Altman, Dale Kutzera and Anna Kaplan. Même s'il n'était pas aussi spécialisé que certains de ses concurrents comme American Cinematographer ou Cinefex, Cinefantastique couvrait davantage les aspects derrière-la-scène des productions.

Il est intéressant de noter que, contrairement aux autres productions Star Trek, "Star Trek: The Motion Picture" et "Star Trek V: The Final Frontier" furent très peu (dans le premier cas) voire pas du tout (dans le second) couverts. Le premier cas est d'autant plus remarquable que The Motion Picture a été particulièrement détaillé dans les autres magazines de l'époque, que ce soit dans Starlog, American Cinematographer, ou Cinefex. Cinefantastique avait pourtant prévu un numéro double spécial pour l'occasion, et des articles étaient prêts. Malheureusement, à cause de problèmes éditoriaux (probablement dus à des retards liés à la préparation au même moment d'un numéro spécial pour The Black Hole {w}) ce numéro ne fut jamais publié. Par la suite, Daren Dochterman parvint à obtenir le dessin de couverture créé pour l'occasion. [1]

Des années plus tard, alors qu'il cherchait un éditeur pour publier ce travail sous forme de livre ("Return to Tomorrow: The Filming of Star Trek - The Motion Picture", qui ne fut hélas jamais publié), Preston Neal Jones apporta quelques éclaircissement sur cette annulation :

"Durant l'été 1979, à la demande de Frederick S. Clarke, rédacteur en chef de Cinefantastique, nous avons commencé à travailler sur un numéro double spécial en l'honneur de la sortie prochaine du film Star Trek comme nous l'avions déjà fait pour Star Wars et Rencontre du Troisième Type. Ayant entendu mes amis fans de Star Trek dire qu'il aimeraient en lire un compte rendu le plus précis possible, j'ai interviewé soixante intervenants sur le film, depuis Roddenberry et l'équipage orignal jusqu'à Robert Wise, réalisateur, Issac Asimov, consultant scientifique, Jerry Goldsmith, compositeur, et des scénaristes, décorateurs, techniciens des effets spéciaux, etc., etc. jusqu'au jeune Jeffrey Katzenberg alors assistant de production. J'ai assemblé ces témoignages à la manière d'un album de souvenirs, comme si ces soixante personnes tenaient une table-ronde sur les coulisses du film. A chaque fois que c'était possible, je les laissais s'exprimer avec leur propres mots. (...)
Même si on considère qu'il n'était pas possible de terminer ce grand œuvre avant la sortie du film en décembre 1979 - vos lecteurs le savent sans doute, l'équipe de effets spéciaux travaillait encore dessus quelques jours seulement avant - mon rédacteur en chef avait des raisons de regretter tout le temps que j'avais passé dessus. Quand j'ai eu terminé, le film n'était déjà plus en salle, et le manuscrit comptait pas moins de 1 800 pages - largement de quoi faire un livre, si ce n'est trois. Cinefantastique a promis plusieurs fois à ses lecteurs de publier Return to Tomorrow, mais ça ne s'est jamais fait pour des raisons que seul Fred, qui n'est malheureusement plus de ce monde, pourrait vous donner. Mon livre n'a pas vocation à remuer la vase, mais c'est un rapport simple et direct de l'incroyable série de crises et de difficultés qu'a rencontré ce film à grand budget. Une des raisons pour lesquelles je pense qu'il devrait être enfin publié, c'est qu'il examine un film majeur avec plus d'attention qu'aucun autre livre avant lui. Maintenant que plusieurs bons livres sur l'univers Star Trek ont été publiés ces dernières années sans que Gulf and Western ne s'effondre pour autant, j'espère que Return to Tomorrow pourra prendre sa place à leurs côtés." [2]

En 2000, Frédéric Clarke, fondateur et rédacteur en chef du magazine, se suicida. Après sa mort, la perception qu'avait le public de la qualité du magazine (sur le fond comme sur la forme) a commencé à décliner et le lectorat s'est mis à fondre, jusqu'à ce qu'il cesse finalement d'être publié en 2002. Mark A. Altman, qui avait quitté le magazine entre temps, en racheta les droits de publication de Mark Gottwald et le relança sous un nouveau titre, CFQ, en 2003. Revenant à sa formule de base de revue critique, le magazine ne parvint pas à retrouver sa popularité de la grande époque. La publication cessa définitivement en 2006, après seulement 25 numéros.

Cinefantastique a été relancé en 2007 sous forme de webzine appelée Cinefantastique Online.

Liens externes Modifier

Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-NC  .