Lignes temporelles multiples
(informations couvrant une ou plusieurs lignes temporelles)
Capitaines, héros 2017 XXx.jpg
Data
Nom: NFN / NMI Data
Genre: Apparence: Masculine
Espèce: Androïde - Type Soong
Naissance: Omicron Theta III
Mort: 1893 - San Francisco / 2369 - réactivé
2379 - Scimitar
Situation: Citoyen de la Fédération
Officier de Starfleet
Rang(s): (2345) Enseigne
(2348) Lieutenant
(2360) Lt commander
Poste(s): (2350s) USS Trieste
(2364) USS Enterprise -D
(2372) USS Enterprise -E
Famille: Père: Noonien Soong (+)
Mère: Juliana Soong (+)
Ancêtre: Arik Soong (+)
Fille: Lal (+)
Frère Humain: Altan Soong
Frère #1: B-4
Frère #2: Lore (+)
Chat: Spot

Acteur(s): Brent Spiner
Data


Voir aussi le programme "Data 73".
« J'ai choisi de croire que j'étais une personne, que j'avais le potentiel pour devenir plus qu'un ensemble de circuits et de sous-processeurs. » (TNG: "Rightful Heir")

NFN / NMI Data était un androïde de type Soong, le 1er et le seul à être entré à Starfleet. Data fut certainement créé durant les années 2330 et mourut en 2379 en se sacrifiant pour sauver 800 membres d'équipage de l'USS Enterprise NCC-1701-E, au cours du 24ème siècle.

NFN / NMI Data pour "No First Name / No Middle Initial Data était visible sur la porte de ses quartiers. TNG: "A Matter of Time" et apparaît sur un okudagramme de TNG Remastered: "The Measure Of A Man".

Spécifications[modifier | modifier le wikicode]

Un schéma des systèmes de Data

Data avait un cerveau positronique ou réseau positronique (TNG: "Datalore", "Masks"), il était composé de 24,6 kilogrammes de tripolymère composite, 11,8 kg de l'alliage molybdène-cobalt et de 1,3 kg de bioplastique. (TNG: "The Most Toys") Il pesait environ 100 kg. (TNG: "Inheritance") Sa colonne vertébrale était d'un polyalliage prévu pour résister à des situations extrêmes. Ainsi, Data sauta, un jour, dans un grotte souterraine, profonde d'environ 11,75 mètres et atterrit sans dommage. (TNG: "The Arsenal of Freedom") Son crâne était composé de cortenide et de duranium. (TNG: "The Chase") Ses jambes mesuraient exactement 87,2 cm de long. ("Star Trek: Insurrection")

Data démontrant ses capacités de flottaison

Au moins jusqu'en 2370, il était incapable de nager car sa structure était donc trop lourde pour qu'il puisse flotter dans l'eau. Il découvrit cela par expérience : une fois, il se rendit au lac Devala pour faire de la voile avec Geordi La Forge mais, quand il essaya de nager, il coula immédiatement et il dut marcher sur environ 1km au fond de l'eau pour revenir sur le rivage. Il lui fallut plus de 2 semaines pour retirer toute l'eau de ses systèmes. (TNG: "Descent, Part II") En 2375, Data avait corrigé ce problème puisqu'il était désormais capable de déclencher un système de flottaison, capable non seulement de supporter son propre poids mais également celui d'une une personne. ("Star Trek: Insurrection") Data fut construit avec une capacité de stockage de 800 quadrillions de bits (soit environ 100 000 téraoctets) – c'est 50 fois plus grand que le cerveau humain – et une vitesse linéaire d'analyse de 60 trillions d'opérations par seconde. (TNG: "The Measure Of A Man") Cependant, il augmenta, par la suite, sa vitesse de calcul en convertissant "son séquenceur de liaisons en fonctionnement asynchrone", supprimant ainsi la contrainte de performance créée par l'espace entre ses liens positroniques. Sa vitesse de calcul devint alors pratiquement instantanée après cette modification. (TNG: "The Quality of Life")

Ses capacités physiques et mentales étaient bien supérieures à celles de pratiquement tous les humanoïdes organiques et cybernétiques, y compris les Klingons, les Humains, et, même, les Borgs. Sa force était telle qu'il était capable de contenir, avec une seule main, une automobile des années 1950, lancée à plein régime. (TNG: "Emergence") Ces aptitudes surhumaines firent de lui un atout important pour l'USS Enterprise-D, et le fait qu'il ne soit pas affecté, alors très peu, par des éléments comme la maladie, les radiations, la privation d'oxygène ou de sommeil, le contrôle mental et le déséquilibre chimique fut crucial à la survie du vaisseau à plusieurs reprises. (TNG: "Unnatural Selection", "The Vengeance Factor", "Hero Worship", TNG: "Clues", "Disaster", "The Game" ; "Star Trek: First Contact") Cependant, il était apparemment plus vulnérables que les humains ou les klingons aux conditions atmosphériques impliquant de fortes concentrations d'ions. Par exemple, lors de la mission de l’USS Enterprise-D sur Galorndon Core en 2366, le commandeur Riker nota que, si Data avait accompagné l'équipe d'exploration, l'équipage aurait "mis des semaines à lui dépoussiérer les circuits". (TNG: "The Enemy")

Il possédait un contrôle d'urgence spécifié sur un manuel. Un cortex positronique, un servo orientation spatiale. Le module du système primaire était composé d'un système processeur nutritif, un réseau de distribution nutritif, une unité de réaction du fuel chimique, un sous-module kei/yuri, un système de pression du cryo-fluide, un régulateur du sous-système des fluides. Il possédait également un sous-système des mouvements et une interphase du substrat. (TNG Remastered: "The Measure Of A Man") Ainsi qu'une mémoire vive, un polarisateur, un programme de la mémoire tampon et un subprocesseur positronique. (TNG: "Time's Arrow, Part II", "Birthright, Part I") De même qu'un fonctionnement asyndrome et un séquenceur de liaison bidirectionnel. (TNG: "The Quality of Life") Mais aussi, un contrôle folliculaire, une énergie micro-hydraulique, une énergie synaptique, des fonctions cognitives, une fonction thermique, un pouls, un système circulatoire avec produits lubrifiants biochimiques, un système de régulation, un système respiratoire et des vérificateurs d'énergie. (TNG: "Birthright, Part I"), mais aussi, un système de diagnostique interne. (TNG: "Descent, Part I") mais aussi, un relais du subprocesseur, un système neuro-électrique (TNG: "Thine Own Self") mais aussi, une fonction synaptique, un sous-système de mémoire, un système autonome (TNG: "Masks") Et enfin, un rayon émetteur, un réseau neural (TNG: "The Eye of the Beholder") De plus, Data possédait des dents et une langue artificiels, ainsi que des canaux lacrimaux. (TNG: "Code of Honor", "The Bonding", "Brothers", TNG: "Phantasms", "Thine Own Self" ; "Star Trek: Generations")

En tant qu'androïde de type Soong, Data était incapable de subir une intoxication alcoolique. Toutefois, les composants de son système de traitement pouvaient être court-circuités par intoxication polyhydrique. (TNG: "The Outrageous Okona", "The Naked Now") Data n'avait pas besoin de nourriture pour survivre, mais il ingérait occasionnellement une solution de nutriments semi-organiques dans un milieu liquide à base de silicium pour lubrifier ses bio-fonctions. (TNG: "Deja Q") Bien que capable de consommer des aliments et des boissons traditionnels, Data n'avait aucun sens du goût et avait donc tendance à ne pas se donner la peine de manger. (TNG: "Hero Worship") Data ne dormait pas, avant 2369. Cela ne l'empêchait pas, néanmoins, d'essayer de temps en temps, probablement pour tenter de mieux imiter les humains. Data démontra également une immunité à la télépathie, ainsi qu'à d'autres capacités psychiques. Deanna Troi, à juste titre, ne pouvait pas le sentir de façon empathique. De même, il ne fut pas, non plus, affecté par les émissions télépathiques de Sarek, alors atteint du syndrome de Bendii. (TNG: "Night Terrors", "The Game", "Violations", TNG: "Phantasms", "Sarek") Dans une certaine mesure, cela le dérangeait, car il pensait qu'il était possible qu'il n'y ait simplement rien de "réel" dans son esprit que les empathes ou les télépathes puissent lire, et que sa conscience n'était composé que "d'algorithmes et de réponses programmées". Cependant, le Bétazoïde Tam Elbrun, doué d'un don empathique très puissant, s'opposa avec véhémence à cette possibilité, pensant que Data était simplement "différent". En fait, Tam apprécia beaucoup cette caractéristique de Data car elle signifiait qu'il devait parler avec Data pour le comprendre et découvrir sa personnalité, plutôt que de recevoir involontairement toutes ces informations par télépathie, comme c'était habituellement le cas avec les autres personnes. (TNG: "Tin Man")

Data et Julian Bashir

Data avait un programme spécifique pour simuler les effets du vieillissement sur son apparence extérieure. Ses clignements d'yeux étaient dirigés par la Série de Fourier afin de simuler le hasard. (TNG: "Inheritance") En 2369, le docteur Julian Bashir exprima sa fascination pour tout le mal que Noonien Soong s'était donné pour que Data paraisse "humain". Il fut surpris de voir combien Data était "présentable". Bashir questionna également Data sur ses cheveux pour savoir s'ils poussaient, il observa également que Data "respirait", (respiration qui n'était qu'une imitation ("Star Trek: Insurrection")) et avait un "pouls". Cependant, ces éléments qui pouvaient sembler esthétiques avaient, en fait, un but pratique, car son système circulatoire était conçu pour produire des lubrifiants biochimiques et réguler la puissance d'énergie micro-hydraulique, et son système respiratoire aidait à maintenir le contrôle thermique de ses systèmes internes. Cependant, aucun des deux systèmes n'était entièrement nécessaire, car Data était connu pour être capable de fonctionner pendant de longues périodes dans le vide et pouvait supporter l'exposition à l'espace sans aucun problème. De plus, alors que Data et Bashir étudiaient un dispositif alien du quadrant Gamma ramené sur DS9 qui émettait un choc de plasma, celui-ci, téléchargé dans le système positronique de Data, activa une série de circuits endormis qui donnèrent à Data la capacité de rêver. (TNG: "We'll Always Have Paris", "Birthright, Part I" ; "Star Trek: Nemesis") Ainsi, bien qu'il n'avait, apparemment, pas besoin de repos et qu'il était, probablement, resté actif quasiment en permanence jusque là, Data pris l'habitude de "dormir" régulièrement afin de faire à nouveau l'expérience de ces rêves.

Data semblait privilégier l'utilisation de sa main gauche pour des tâches telles que la peinture (TNG: "11001001"), l'utilisation d'un stylo (TNG: "Time's Arrow, Part I"), la manipulation d'un revolver (TNG: "A Fistful of Datas"), et bien plus encore. Cependant, il était complètement ambidextre et était même capable d'effectuer des tâches telles que peindre deux pièces à la fois. (TNG: "Birthright, Part I")

Brent Spiner est gaucher.

Développement humain[modifier | modifier le wikicode]

Spot en 2367

Data avait toujours voulu devenir plus humain dans son comportement, le plus souvent avec de mauvais résultats. Ses tentatives à faire de l'humour n'étaient pas vraiment des succès, ni d'ailleurs ses tentatives d'histoires d'amour.

Sous l'emprise d'une intoxication, il coucha avec le lieutenant Tasha Yar, qui déclara pourtant après que "rien ne s'est passé" (TNG: "The Naked Now"). Bien que dépourvu de puce d'émotivité à l'époque, Data éprouvait de l'attachement pour Tasha Yar comme le prouve l'hologramme-souvenir la représentant qu'il emporta avec lui quand il envisagea de démissionner de Starfleet. (TNG: "The Measure Of A Man") Plus tard, il eut une romance avec Jenna D'Sora, mais elle ne dura pas très longtemps. (TNG: "In Theory")

Les commentaires de Data dans "Star Trek: First Contact" envers la Reine Borg précisent qu'il n'a pas eu de relation sexuelle avec une femme depuis un peu plus de 8 ans, faisant donc référence à Tasha Yar ce qui signifie qu'il n'a pas eu de relation sexuelle avec Jenna D'Sora.

Au-delà de l'humour et de l'amour, Data avait également des difficultés à utiliser les contractions dans le langage quotidien car il avait du mal à définir les occasions dans lesquelles elles étaient utilisées, bien que cela fasse partie de sa programmation. (TNG: "Datalore", "Conspiracy") Dans les années 2390, dans une chronologie alternative, Data maîtrisait les contractions. (TNG: "All Good Things...")

Cependant, dans certains épisodes tels que Encounter at Farpoint, The Naked Now et Justice, Data utilise certaines contractions.

Data affirma qu'il ne percevait pas seulement les données et les faits, mais aussi "la substance", "l'essence" et d'autres "ineffables qualités" des moments qu'il vivait, et que tout cela serait perdu si sa mémoire devait être téléchargée sur un ordinateur conventionnel. (TNG: "The Measure Of A Man")

Spot[modifier | modifier le wikicode]

Durant son séjour sur l'USS Enterprise NCC-1701-D, Data avait une chatte qu'il avait appelé Spot. Spot était assez inconstante dans son comportement, allant même jusqu'à se faire craindre de certains officiers du vaisseaux, dont William Riker. En effet, en plus de Data, Spot appréciait uniquement la compagnie de Reginald Barclay. Elle eut des chatons en 2370, et, en 2371, elle survécut au crash de l' Enterprise-D sur Veridian III. Data, qui commençait à peine à s'habituer à sa puce d'émotivité, ressentit pour la 1ère fois des émotions fortes quand il la retrouva, et pleura des larmes de joie en la prenant dans ses bras. (TNG: "In Theory", "A Fistful of Datas", "Force of Nature", TNG: "Genesis" ; "Star Trek: Generations")

Puce d'émotivité[modifier | modifier le wikicode]

Data commença à utiliser la puce émotionnelle en 2371, environ un an après l'avoir prise à son frère Lore. (TNG: "Brothers", "Descent, Part II" ; "Star Trek: Generations") Au début, il eut quelques difficultés à s'adapter à l'assaut de ses toutes nouvelles émotions, car des choses simples telles que le fait de découvrir une forme de vie sur une planète provoqua chez lui un grand plaisir qui le fit chantonner ; alors qu'à l'inverse, il fut temporairement tétanisé par la peur lorsqu'il se retrouva confronté à ce sentiment pour la première fois. Cet instant de doute permit à Soran de capturer Geordi sous les yeux de Data. Après cet évènement, ce dernier découvrit la culpabilité et voulut être désactivé jusqu'à ce qu'on lui retire la puce, ce à quoi le capitaine Picard s'opposa, lui disant qu'il devait apprendre à vivre avec ses sentiments quelles que soient leurs circonstances. Heureusement, il finit par apprendre à contrôler ses sentiments. Après une période d'adaptation, il apprit à activer et à désactiver le fonctionnement de la puce au sein de son réseau positronique, et il put, même, plus tard, l'enlever complètement lors des situations où les émotions pouvaient être un obstacle. ("Star Trek: Generations" ; "Star Trek: First Contact" ; "Star Trek: Insurrection")

Etat de service[modifier | modifier le wikicode]

Création et début de vie[modifier | modifier le wikicode]

Data fut construit sur la planète Omicron Theta vers 2336. Il était le cinquième des six androïdes connus conçus par le Docteur Noonien Soong. Le précédent, Lore, avait été désactivé suite aux protestations de la femme du Docteur Soong, Juliana. (TNG: "Datalore", "Inheritance") Soong prétendit avoir construit Data pour perfectionner la conception de ses androïdes et, quand Data fut perfectionné, appliquer ces améliorations à Lore. (TNG: "Brothers") Juliana en était venue à considérer Data comme son fils, un enfant qu'elle aimait, mais elle craignait qu'il soit voué à l'échec, comme ses "frères aînés", ou qu'il devienne dangereux, comme Lore, et que son mari et elle aient à le démanteler. (TNG: "Inheritance")

Dans la première partie de sa vie, qui pourrait être comparée à son enfance, Data était comme un bébé, devant apprendre à gérer le contrôle de ses mouvement et ses perceptions sensorielles. (TNG: "Inheritance") Avec le temps, Data apprit à se connaitre et à connaitre le monde qui l'entourait, puis sa programmation fut affinée par le Docteur Soong, qui tenta d'éliminer certains comportements indésirables. Parmi les problèmes rencontrés, il y eut, notamment, le mépris des convenances sociales et des courtoisies comme "s'il vous plaît" et "merci", ainsi qu'un manque de compréhension pour les vêtements. Data ne voyait pas la nécessité d'en porter puisqu'il "ne souffrait pas des éléments". En ce qui concerne ce dernier point, les Soong durent rédiger un "sous-programme de modestie", car les colons s'opposaient à ce qu'un androïde anatomiquement exact se promène nu en permanence. (TNG: "Inheritance")

Finalement, Soong décida de fournir à Data les journaux de bord des colons, tout en effaçant les souvenirs de son enfance. Malheureusement, alors que Data était encore désactivé, une mystérieuse entité cristalline attaqua la colonie. (TNG: "Datalore") Les craintes de Juliana que Data soit un autre échec l'incitèrent à mentir à son mari lorsqu'ils fuirent, le forçant à laisser Data derrière eux, inactif. (TNG: "Inheritance")

Data resta seul sur la planète, inactif et abandonné par les colons, jusqu'à ce qu'il soit découvert par une équipe d'exploration de l'USS Tripoli sur Omicron Theta.

Découverte[modifier | modifier le wikicode]

Data fut trouvé et réactivé sur la planète Omicron Theta par l'équipe de l'USS Tripoli le 2 février 2338, après que l'Entité cristalline ait détruit toute la colonie sur son passage. (TNG: "Datalore", "Conundrum")

Dans les premières semaines qui suivirent sa réactivation, et sans la présence et l'accompagnement de Noonien et Juliana Soong, Data avoua n'avoir eu personne pour le guider tandis que son réseau neuronal se développait et qu'il acquérait une sensibilité. (TNG: "The Offspring") Lors de ce processus, des voies plus complexes remplacèrent les voies plus simples dans son réseau neural. L'intégration de ces voies devenant de plus en plus difficiles, la probabilité d'une défaillance en cascade augmenta. En conséquence, Data envisagea de se désactiver et de recommencer à zéro. Il considéra, finalement, la situation comme un défi et décida de continuer. Bien des années plus tard, il partagea cette épreuve difficile avec Geordi LaForge, expliquant que l'on pouvait assimiler cet acte à un suicide. (TNG: "Eye of the Beholder")

Le fait d'avoir été découvert par des officiers de Starfleet fut déterminant dans son choix d'entrer à l'Académie de Starfleet. (TNG: "Brothers")

Carrière dans Starfleet[modifier | modifier le wikicode]

Académie de Starfleet[modifier | modifier le wikicode]

Dès son arrivée à l'Académie, il rencontra de la résistance de la part de Bruce Maddox ; le seul membre du comité d'évaluation à s'opposer à l'entrée de Data dans Starfleet disant de lui qu'il n'était pas un Être conscient. Malgré cela, Data fut admis à l'Académie en 2341. (TNG: "Encounter at Farpoint", "The Measure Of A Man")

De 2341 à 2344, Il effectua son Académie de Starfleet. (TNG: "The Measure Of A Man")

Durant sa scolarisation fut extrêmement bon, mais son manque de compréhension créait régulièrement des obstacles dans sa vie sociale. Il était fréquemment victime de moqueries et avait donc des difficultés à s'ouvrir socialement. (TNG: "The Game") En 2345, néanmoins, Data fut diplômé avec les honneurs en exobiologie et en probabilité des mécaniques. (TNG: "Encounter at Farpoint", "The Measure Of A Man", "Tin Man")

Avant 2364, Data avait été cité dans plusieurs textes de bio-mécanique. (TNG: "The Naked Now")

USS Trieste NCC-37124[modifier | modifier le wikicode]

En 2345, pour sa première affectation, il fut affecté comme Enseigne à bord de l'USS Trieste NCC-37124. (TNG: "Clues")

En 2348, il fut promu au rang de Lieutenant.

En 2360, il fut promu au rang de lieutenant commander. (TNG: "Datalore")

En 2364, il fut affecté à l'USS Enterprise-D.

En 2365, il avait reçu la Décoration de Bravoure de Starfleet Command, la Médaille d'honneur avec épis, la Légion d'honneur et la Croix étoilée. Wesley Crusher considérait ces distinctions comme "certaines des plus hautes récompenses de Starfleet". (TNG: "The Measure Of A Man", "The Most Toys") Au début de 2368, Data avait rencontré 1754 races non humaines au cours de son activité à Starfleet. (TNG: "Darmok")

USS Enterprise NCC-1701-D[modifier | modifier le wikicode]

Data servit comme officier des opérations et officier en second à bord de l'Enterprise-D de 2364 jusqu'à la destruction du vaisseau en 2371 sous le commandement du Capitaine Jean-Luc Picard. (TNG: "Encounter at Farpoint", "All Good Things..." ; "Star Trek: Generations") Comme il n'avait pas besoin de dormir, il prenait régulièrement la surveillance de la passerelle durant la nuit. Ses quartiers étaient situés sur le pont 2, chambre 3653. (TNG: "Data's Day", "A Matter of Time") Il participait régulièrement aux missions extérieures. Sa vitesse et sa grande force faisaient de lui un atout important à bord du vaisseau ; de plus il ne pouvait être affecté par les maladies, les radiations, ni subir un contrôle mental.

Amiral McCoy inspectant l' Enterprise-D avec Data

2364

Alors que le vaisseau faisait route vers Deneb IV afin d'y inspecter la Station Farpoint et d'y récupérer le reste de ses officiers supérieurs, l'Enterprise-D fut pris dans une toile géante ; et soudainement sur la passerelle une entité, un être omnipotent se faisant nommer Q, apparut. Il alerta l'équipage que l'Humanité n'avait rien à faire dans ce système stellaire et qu'elle devait retourner d'où elle venait sinon elle serait détruite. Q plaça Picard, Data et les officiers dans un tribunal de 2079 en tant que représentants de l'espèce Humaine afin d'y être jugés pour tous les crimes perpétrés par les Humains. Picard tenta de le raisonner en lui disant que l'Humanité avait changé. Data intervint et déclara qu'en 2036 les Nouvelles Nations-Unies avaient proclamé qu'"Aucun citoyen de la Terre ne pouvait être poursuivi en justice pour les crimes perpétrés par ces prédécesseurs".
Q défia Picard, Data et les autres en les envoyant vers la Station Farpoint, afin d'être soumis à une épreuve.

Plus tard, tandis que Data essayait de siffler, il se présenta officiellement au Commander William T. Riker, le premier officier, qui fut surpris qu'il fût un androïde. Puis, Data fut chargé d'accompagner l'Amiral Leonard H. McCoy durant son inspection du service médical de l'Enterprise-D. Il fit partie de l'équipe d'exploration dirigée par Riker qui s'aventura dans les souterrains de la base. Quand un vaisseau alien arriva en orbite de Deneb IV et attaqua la Vieille Cité Bandie, Riker, Data et les autres furent téléportés sur le vaisseau et y découvrirent que la station et ses souterrains étaient en réalité des entités vivantes ; et que le vaisseau venait délivrer son compagnon emprisonné par les Bandis dans un but égoïste. (TNG: "Encounter at Farpoint")

Peu de temps après Data fut infecté par une intoxication de polyaqueuse qui affecta tous les membres d'équipage les rendant irrationnels et mentalement instables. Tasha Yar, le chef des officiers de la sécurité, également perturbée, le séduisit et ils eurent une relation amoureuse. Malgré son intoxication, il réussit à remettre les puces isolinéaires de commandement en moins de 14 min au lieu de 2 heures pour un Humain, permettant ainsi à l'Enterprise-D de fuir l'explosion d'une supergéante rouge sur une naine blanche. Après sa guérison, Yar lui dit que rien de cela ne s'était passé. (TNG: "The Naked Now")

Lors de la présence de Lwaxanna Troi et de la famille Miller à bord du vaisseau, Data fut très intrigué par le comportement de confrontation entre les 2 familles. Lors d'un repas et de façon innocente, il demanda à ce qu'elles continuent leurs « querelles ridicules ». (TNG: "Haven")

Data faisant faire le tour du vaisseau à Lore

L'Enterprise-D passa près d'Omicron Theta et s'y arrêta afin d'enquêter sur les circonstances de la découverte de Data. L'équipage découvrit un autre androïde dans les souterrains qui se nommait lui-même Lore. Après avoir été réassemblé et activé à bord du vaisseau. Lore se fit passer pour Data et essaya de prendre le contrôle du vaisseau, heureusement Data combattit son frère et réussit à l'en empêcher grâce à Wesley Crusher et Lore fut éjecté dans l'espace. (TNG: "Datalore")

Plus tard, Data prit le commandement total de l'Enterprise-D lorsque le virus de Quazulu VIII se répandit dans le vaisseau et rendit le capitaine, puis le lieutenant La Forge, inaptes à diriger le vaisseau alors qu'ils étaient en orbite d'Angel I. Bien que l'Enterprise-D reçut l'ordre de se diriger vers la Zone Neutre Romulienne, Data interpréta les ordres de façon à permettre au vaisseau de rester en orbite le plus longtemps possible, afin notamment de secourir l'équipe d'exploration à la surface de la planète. (TNG: "Angel One")

Data profita de la mise aux amarres de l'Enterprise-D à la Base stellaire 74, pour consacrer son temps à apprendre la peinture, aidé de Geordi La Forge. Tous deux fascinèrent Riker qui leur dit:

« Un aveugle qui apprend à faire de la peinture à un androïde, ça vaut bien quelques pages dans le manuel d'un grand historien. »

Peu après, ils reçurent un appel de l'Enseigne stagiaire Crusher qui les informa que le champ d'isolement magnétique avait disparu et que l'antimatière devenait un danger. Entretemps, Riker et Picard s'étant isolés dans le holodeck 4 furent injoignables, si bien que Data prit la décision de déclencher l'évacuation du vaisseau et le départ automatique du vaisseau de la base stellaire, il enregistra sa décision au journal de bord du vaisseau. Une fois l'ensemble de la procédure effectuée, Data et la Forge furent les derniers à quitter le vaisseau. Arrivés dans la salle des Opérations de la base stellaire, ils se rendirent compte que Picard et Riker étaient finalement restés à bord, mais furent contraints de simplement regarder l'Enterprise-D quitter la base et disparaître en vitesse de distorsion. Lorsque Picard reprit enfin contact avec la base stellaire, il contacta Data pour être conseillé. (TNG: "11001001")

2365

Après l'arrivée du nouveau médecin-chef Katherine Pulaski sur le vaisseau, Data fut confronté au fait qu'elle ne le considérait que comme une machine. (TNG: "The Child", "Where Silence Has Lease") Alors qu'il se passionnait pour le personnage de Sherlock Holmes, Geordi le mit au défi de résoudre à la Holmes une énigme qu'il ne connaissait pas. Pulaski fut invitée à les rejoindre dans le holodeck pour observer le comportement de l'"androïde". Cependant, celle-ci se fit kidnapper par James Moriarty. En se servant des indices laissés, Data réussit à la retrouver et, en compagnie du capitaine Picard, ils ne purent que constater que Moriarty était devenu un hologramme conscient de sa personne. (TNG: "Elementary, Dear Data")

La revendication de ses droits par Data fut déterminante pour les androïdes en ce qui concerne la reconnaissance officielle de leur conscience, et donc leur personnalité juridique. Data reçut l'ordre de se soumettre à des expériences par le commandeur Bruce Maddox. Maddox croyait qu'une dissection du cerveau positronique de Data lui permettrait d'approfondir ses connaissances sur le sujet, et donc de construire un autre cerveau positronique. Data étudia la proposition de Maddox et la trouva « erronée », poussant Maddox à abuser de son rang pour le forcer à se soumettre. Data refusa et démissionna de Starfleet, mais Maddox s'opposa à la démission prétextant que Data appartenait à Starfleet et n'était pas une forme de vie dotée d'une conscience. Toutefois, Picard fit appel de ce jugement sommaire en prétextant que Data représentait une espèce vivante à part entière et que sa duplication pour le travail forcé constituerait une forme d'esclavagisme. Suite à un procès, Phillipa Louvois conclut officiellement que Data n'était pas un bien appartenant à Starfleet et qu'il pouvait choisir de participer ou non à l'intervention de Maddox. (TNG: "The Measure Of A Man") Cependant Data continua de communiquer avec Maddox afin de l'assister dans ses recherches. (TNG: "Data's Day"). En 2372, il fut reconnu que Data était doté d'une conscience et qu'il était le seul représentant de son espèce, une forme de vie artificielle inclus dans la Fédération. (VOY: "Prototype")

À noter que la décision rendue par Philippa Louvois est quasiment sans valeur juridique. Ce jugement établit simplement que Data n'appartient pas à autrui, et plus particulièrement à Starfleet, conformément aux règlements de celle-ci. Les questions de droit concernant sa conscience et son autodétermination selon le droit de la Fédération restèrent sans réponse. La définition de sa personnalité juridique ne fut pas davantage développée dans les épisodes ou films qui suivront. Cependant, cet élément d'intrigue et différentes résolutions furent transposées à la situation du Docteur et sa lutte pour l'égalité des droits.

Data en 2366

2366

Data fut capturé par Kivas Fajo qui voulait le conserver dans sa collection d'objets rares tels qu'un lapling, une carte de base-ball de Roger Maris et un disrupteur Varon-T. Heureusement avec l'aide de Varria la concubine de Fajo, Data fut capable de s'évader avec le Jovis. Plus tard Fajo fut arrêté. (TNG: "The Most Toys")

À la fin de 2366, Picard fut capturé et assimilé par les Borgs et devint Locutus. Data fut d'un secours majeur pour le sauver. Il trouva aussi comment détruire le Cube Borg qui s'approchait de la Terre : en le mettant en sommeil. (TNG: "The Best of Both Worlds, Part II")

2367

Sous le contrôle du docteur Soong, Data prit le contrôle de l'Enterprise-D et le conduisit vers la planète Terlina III. Malheureusement, le programme activé chez Data fut également activé chez Lore et celui-ci débarqua également dans le laboratoire de Soong. Ce dernier expliqua qu'il avait fait venir Data car il avait créé une puce d'émotivité pour lui et qu'il avait cru Lore mort. Lore neutralisa Data, puis trompa Soong en se faisant passer pour son frère et se fit ainsi implanter la puce. Après avoir été découvert par Soong, Lore l'attaqua et s'échappa. Noonian Soong mourut peu de temps après. (TNG: "Brothers")

Data une nouvelle fois prit le commandement de l'Enterprise-D tandis que celui était piégé dans la faille de Tyken, l'équipage commença à souffrir d'un "sommeil avec mouvement rapide des yeux", lui causant perte de concentration et hallucinations. Leurs ondes cérébrales étaient également affectées par un autre vaisseau piégé de l'autre côté de la faille ; l'autre équipage tentait de communiquer avec l'Enterprise-D. Aidé par Deanna Troi, Data libéra le vaisseau en mélangeant de l'hydrogène à une autre substance transportée par l'autre vaisseau créant une énergie permettant de s'extraire de la faille de Tyken. (TNG: "Night Terrors")

2368

Lors du blocus à la frontière romulano-klingonne durant la guerre civile klingonne, Data reçut le commandement de l'USS Sutherland NCC-72015 par Picard. Dans un premier temps, Picard ne lui avait donné aucun vaisseau et Data, en tête à tête, lui expliqua qu'il était aussi compétent au commandement qu'un humanoïde. Le premier officier de l'USS Sutherland déçu de ne pas recevoir le commandement de son vaisseau fut très hostile à la présence de Data. Le Sutherland participa à la détection des vaisseaux romuliens occultés qui étaient une force secrète supplémentaire des Duras. Data demanda lui-même à être "puni" pour désobéissance car la tactique utilisée n'était pas prévue par Picard. Mais au contraire celui-ci félicita Data pour son initiative. (TNG: "Redemption, Part II")

Picard and Data on Romulus.jpg

Lorsque l'ambassadeur Spock fut annoncé comme disparu sur la planète Romulus, Data accompagna Picard pour le retrouver. Tous deux se grimèrent en Romuliens. (TNG: "Unification, Part I")

Des entités aliens prirent le contrôle de Data, Troi et de Miles O'Brien. Les 3 insistèrent pour que l'Enterprise-D mène une surveillance automatique de la région polaire d'une lune. Picard, Riker et le reste de l'équipage trouvèrent cette requête absurde et lorsque Riker en demanda les raisons ; les 3 esprits se révoltèrent et prirent les commandes de l'Enterprise-D. Plus tard lorsqu'il fut découvert que les 3 officiers étaient contrôlés par les esprits de 3 criminels décédés provenant de Ux-Mal ; les 3 entités quittèrent l'Enterprise-D et furent bannies de la lune. Data qui n'avait pas repris le contrôle de ses actes, s'excusa pour le comportement de ses camarades. (TNG: "Power Play")

Au cours de fouilles archéologiques sous San Francisco, des scientifiques découvrirent parmi les vestiges du 19ème siècle la tête de Data, ainsi que des phénomènes magnétiques étranges. L'enquête amena Picard et Data sur la planète Devidia II qui semblait posséder un passage vers le San Francisco de 1893. Data fut accidentellement envoyé dans ce passage et rencontra Guinan, au 19ème siècle. Picard décida de retrouver coûte que coûte son officier et se lança dans la faille. (TNG: "Time's Arrow, Part I")

2369

Data avec Guinan, se lia à elle et se méfia de Samuel Clemens. Peu après Data fut confronté à l'Ophidien, une sorte d'instrument qui permettait aux Devidiens de prendre l'énergie vitale des Humains de l'envoyer sur leur planète au 24ème siècle. mais le choc d'énergie qu'il reçut lui arracha la tête. Picard et les officiers supérieurs ne purent qu'emporter son corps à travers le passage pour retourner dans leur époque. Heureusement La Forge réussit à lui reconnecter sa tête trouvée au 24ème siècle. Si bien que désormais Data avait une tête vieille de 476 ans. (TNG: "Time's Arrow, Part II")

Data et La Forge pensèrent qu'il serait bien de connecter Data au système de survie du vaisseau en cas de besoin. Mais une erreur se déclencha ; ce qui emprisonna Worf, son fils Alexander Rozhenko et Troi dans le holodeck où leur aventure de cow-boys devint réellement dangereuse avec des personnages qui avaient tous l'apparence de Data. La Forge réussit à rétro-corriger le problème. (TNG: "A Fistful of Datas")

ALERTE JAUNE
CET ARTICLE EST INCOMPLET
N'hésitez pas à éditer cette page pour le terminer.
Des précisions sur les informations nécessaires à compléter peuvent figurer sur la page de discussion de l'article.
Vous pouvez traduire le contenu figurant dans les autres versions linguistiques de Memory Alpha
ou créer un texte original.

USS Enterprise NCC-1701-E[modifier | modifier le wikicode]

Data capturé par les Borgs en 2373

Comme la majorité des officiers supérieurs de l'USS Enterprise-D, Data fut transféré sur le nouvel USS Enterprise-E en 2372. En 2373, lEnterprise participa à la bataille du secteur 001, allant ainsi à l'encontre des ordres de Starfleet. Grâce à l'intervention du vaisseau, le Cube borg fut détruit. Toutefois, il eut juste le temps d'ouvrir un vortex temporel et d'y envoyer une sphère borg qui voyagea jusqu'à l'année 2063. Aussitôt, lEnterprise la prit en chasse et remonta le temps à son tour. Là, elle détruisit la sphère qui cherchait à saboter le premier vol de Zefram Cochrane à bord du premier vaisseau humain capable d'atteindre la vitesse de distorsion, le Phoenix. La sphère ayant eu le temps d'attaquer la base où travaillait Cochrane avant d'être détruite, une équipe d'exploration descendit sur Terre pour constater les dégâts. Ainsi, Data et le capitaine Picard allèrent vérifier l'état du Phoenix. Cependant, ils rejoignirent l'Enterprise en urgence quand le capitaine suspecta la présence de Borgs sur le vaisseau. Alors qu'il combattait les Borgs près de la salle des machines, Data fut capturé et amené à la reine Borg. Au lieu de tenter d'assimiler Data, elle chercha à le rendre plus "humain", en lui greffant de la peau humaine sur son squelette androïde.

Data embrassé par la reine Borg

Quand il comprit qu'il ne pourrait pas repousser les Borgs plus longtemps, Lily Sloane persuada le capitaine Picard de lancer la procédure d'autodestruction de l'Enterprise et de faire évacuer le vaisseau. Une fois cela fait, le capitaine se rendit en salle des machines pour trouver Data et forcer la reine Borg, qu'il avait rencontré quelques années plus tôt alors qu'il était Locutus, à libérer l'androïde. Ainsi, Picard proposa à la reine Borg de prendre la place de son ami aux côtés de la Reine, de son plein gré, et de devenir son égal. Cependant, Data déclara qu'il ne voulait pas partir et, suivant les ordres de la reine Borg, il désactiva la séquence d'autodestruction et rétablit le contrôle de l'ordinateur. Alors même que Picard le suppliait de ne pas le faire, l'androïde jeta un rapide coup d'œil à son capitaine, avant de passer devant lui comme si de rien n'était. La reine Borg ordonna, alors, l'assimilation de Picard, Data lui ayant assuré que ce dernier "ferait un excellent drone". Cependant, avant que Picard ne soit assimilé, elle voulait qu'il voit le Phoenix être détruit. Ainsi, elle donna, à Data, l'ordre de tirer sur le vaisseau.

Data modifié par la reine Borg

Cependant, l'apparente "assimilation" de l'androïde était en fait une ruse et les torpilles lancées par Data passèrent à côté du Phoenix. Data fit, alors, éclater un réservoir de gaz de refroidissement de plasma, libérant le produit qui liquéfia toute matière organique avec laquelle il entra en contact. Picard put s'échapper en se suspendant à un câble, mais la reine Borg fut tuée par Data qui la fit tomber dans le gaz. Si ses parties mécaniques ne furent pas affectées par le produit nocif, l'androïde perdit les morceaux de peau que lui avait greffé les Borgs. Quand Picard rejoignit Data, une fois le gaz évacué, celui-ci déclara qu'une partie de lui regrettait que la reine Borg soit morte et que, pendant 0,68 seconde, il avait été tenté de se joindre à la cause des Borgs, ajoutant que cette durée était "presque une éternité pour un androïde". ("Star Trek: First Contact")

Droits et libertés des androïdes[modifier | modifier le wikicode]

Data joua un rôle majeur dans l'évolution de la reconnaissance, aussi bien sur le plan légal que sur le plan social, de la conscience des androïdes de type Soong. En 2365, l'amiral Nakamura demanda à Jean-Luc Picard, au nom de Bruce Maddox, de soumettre Data à une expérience non testée au préalable qui, selon Maddox, pourrait permettre au département des sciences cybernétiques de la Fédération de mieux comprendre la technologie du cerveau positronique de Data. Data réfléchit à la proposition de Maddox et finit par la refuser, considérant qu'il y avait trop d'inconnues dans cette procédure. Le discours de Maddox convainquit, dans un premier temps, le capitaine Picard qui pensait qu'il devait "considérer les intérêts de Starfleet". Toutefois, après avoir eu une discussion avec Data à ce sujet, il réalisa qu'en envisageant cette possibilité et en allant dans le sens de Maddox, il ne traitait pas Data comme il l'aurait fait avec n'importe quel autre membre humain de son équipage et il revint sur sa position.

Maddox chercha à forcer Data à se soumettre à cette opération en le faisant transférer sur la base stellaire 173, sous son commandement. Data refusa et préféra démissionner de Starfleet. Maddox contesta le droit de Data à le faire, sous-entendant que celui-ci ne devrait pas être considéré comme un être sensible ayant droit d'autodétermination mais comme une propriété de Starfleet. Philippa Louvois rappela alors à Maddox que la Fédération avait des lois et qu'il ne pouvait pas "prendre des gens par la force pour expérimenter et démontrer [ses] petites théories". Pour défendre son point de vue, Maddox demanda alors à Louvois si elle permettrait "à l'ordinateur de l'Enterprise de refuser une révision". Ainsi, la demande de Maddox amena Louvois à se poser la question si juridiquement parlant Data était ou non la propriété de l'Enterprise, et donc s'il avait ou non le droit de démissionner et de faire ses propres choix.

De ce fait, suivant la traité de Cumberland rédigé au début du 21ème siècle, Philippa Louvois décréta que Data était la propriété de Starfleet et qu'il ne pouvait donc ni démissionner, ni refuser l'expérience de Maddox. Le capitaine Picard contesta cette décision et demanda à faire appel. Toutefois, à cause du manque de personnel présent sur les lieux et pour que cette audience puisse avoir lieu, Picard dut assurer la défense de Data, tandis que William Riker dut prendre le rôle de "magistrat instructeur", ce qui signifie qu'il fut obligé, malgré sa propre opinion, de défendre la vision de Maddox et de le faire de son mieux sinon Louvois déciderait de rendre un jugement sommaire.

Durant le procès, Riker commença par souligner le fait qu'un androïde était défini comme étant un automate construit par un humain, avant de démontrer que la capacité de mémoire et de calcul de Data, ainsi que sa force physique étaient largement supérieures à celles des êtres humains. Après cela, il demanda la permission de retirer l'avant-bras de Data, puis il termina sa présentation en éteignant ce dernier, pour monter que Data était une machine construit par l'homme. Ainsi, Riker établit que Data était, bel et bien, un être artificiel.

En discutant avec Guinan lors d'une suspension d'audience, Picard réalisa que Data constituait une race entière et que créer de nombreux "individus jetables" pour les utiliser et les faire travailler, sans leur accorder le droit d'autodétermination, serait une forme d'esclavagisme. Ainsi, Picard débuta son discours au procès en affirmant que Data était une machine mais que c'était aussi le cas des humains qui étaient juste des machines différentes, créés par l'ADN de leur parents. Il présenta, ensuite, plusieurs objets appartenant à Data auquel ce dernier tenait pour différentes raisons (ses médailles, symboles de ses années passées à Starfleet ; un livre offert par le capitaine, symbole de leur amitié ; et un portrait de Tasha Yar, une amie décédée avec qui Data avait eu une relation intime). Après cela, il interrogea Maddox sur sa vision de la conscience de Data. Quand celui-ci lui répondit que Data n'était pas conscient, il lui demanda sa définition d'un être conscient (un être doté d'intelligence, de perception de soi, d'un sens moral), avant de démontrer que Data possédait ces caractéristiques.

Puis, Picard aborda l'idée de Maddox de créer de nombreux Data et s'ils ne formeraient pas, alors, une race méritant des droits et des libertés comme n'importe quelle espèce consciente. Il termina son raisonnement en soulignant le fait que le verdict final rendu par Louvois ne s'arrêtera pas à Data mais définira les droits et les libertés accordés aux formes de vie artificielle du présent (donc Data), mais aussi à celle du futur (tous les androïdes pas encore créés mais qui verront le jour). Il insista sur le fait que Data était une nouvelle forme de vie et que l'enjeu de ce procès n'était pas de savoir si Data était ou non la propriété de Starfleet, mais s'ils étaient prêt à réduire toute son espèce en esclavage. Finalement, Louvois décréta qu'elle ne savait pas ce qu'était Data mais qu'elle ne pensait pas qu'il était de Starfleet et qu'il avait donc la liberté de choisir, qu'il avait droit d'autodétermination. (TNG: "The Measure Of A Man")

Il fut révélé par la suite que, si Data avait refusé de se soumettre à l'expérience de Maddox, il entretenait avec ce dernier une correspondance, afin de l'aider dans ses recherches et son travail. (TNG: "Data's Day")

Toutefois, la décision de Philippa Louvois était relativement ambiguë, puisqu'elle indiquait seulement que Data n'étaient pas la propriété de Starfleet et lui accordait la « liberté de choisir ». Cependant, il s'agit d'un verdict rendu qu'en accord avec les règles et règlements de Starfleet, voir avec ceux de la Fédération. Louvois déclara dans The Measure Of A Man que le but de l'audience était de déterminer le « statut juridique » de Data, et Picard et elle notèrent l'importance de la conséquence juridique sur le long terme de cette décision au sujet de la conscience de Data. Néanmoins, légalement, cette décision n'est valable qu'au sein de Starfleet et de la Fédération.
La question de savoir si Data était un être conscient ou non, d'un point de vue universel, reste donc ouverte. En effet, les règlements de Starfleet, y compris le Code uniforme de justice de la Fédération, sont un sous-ensemble du droit de la Fédération et ne s'appliquent qu'aux membres de Starfleet. Tandis que le droit de la Fédération s'applique à toute personne relevant de la juridiction de la Fédération, y compris les membres de Starfleet. Le statut juridique de Data après les évènements de The Measure Of A Man peut donc être réduit à un commentaire que fait le capitaine Picard au sujet de ce dernier dans Clues. Effectivement, bien qu'il ait été reconnu que Data n'appartenait à la Fédération, Picard souligna le fait que si jamais Data devait passer en cour martial, en plus de signer la fin de sa carrière à Starfleet, il serait probablement démonter afin de comprendre l'origine de ses anomalies de comportement. Il va sans dire qu'un officier « organique » ne serait jamais soumis à une telle opération.
Aucune information concernant le statut juridique de Data en tant qu'être sensible n'est présentée dans les épisodes ou les films. Cependant, à bien des égards, la trame de cette intrigue fut reprise dans le combat du Docteur pour ses propres droits, et notamment celui à l'égalité.

Par la suite, Data voulut également faire valoir son droit à la reproduction et, notamment, à la paternité. En 2366, perfectionna une technologie de transfert de matière submicronique, nécessaire pour reproduire un cerveau positronique. Grâce à cela, Data conçut et construisit un "enfant", une fille qu'il nomma Lal, en utilisant son propre cerveau positronique comme modèle de conception. Ainsi, Data réalisa brièvement le souhait de Bruce Maddox, à savoir construire un nouvel androïde de type Soong. Quand le capitaine Picard apprit l'existence de Lal, il dut en informer Starfleet qui leur envoya le vice-amiral Haftel pour observer le nouvel androïde. Lui-même spécialiste en cybernétique, Haftel voulait transférer Lal vers un centre de recherche cybernétique de Starfleet pour l'étudier au nom du progrès technologique de la Fédération. Ne voulant pas être séparé si tôt de sa fille, Data s'opposa à cette décision et le Picard dut à nouveau entrer en conflit contre l'Amirauté de Starfleet au sujet des droits civils de Data. En effet, Haftel ne reconnaissait pas dans la relation entre Data et Lal, la relation entre un père et sa fille. On ne sait pas si Data et le capitaine Picard auraient obtenu raison car la question resta sans réponse. En effet, Lal cessa subitement de fonctionner à causes d'une défaillance en cascade de son réseau neural, et ce, malgré les efforts combinés de Data du vice-amiral pour empêcher la matrice positronique de Lal de céder. Avant sa mort, Lal dépassa les compétences de son père puisqu'elle fut capable de ressentir des émotions et, notamment, de la peur à l'encontre d'Haftel qui voulait séparer de Data. (TNG: "The Offspring")

Beaucoup étaient d'accord avec Data pour dire que les androïdes de type Soong étaient suffisamment avancés pour être considérés comme réellement conscients, à tel point qu'à partir de 2372, Data fut considéré comme la seule forme de vie artificielle consciente dans la société de la Fédération. (VOY: "Prototype")

Chronologies alternatives & univers parallèles[modifier | modifier le wikicode]

En 2366, l'USS Enterprise-C sortit d'une faille temporelle. Sa disparition en 2344 provoqua un changement de la chronologie, la Fédération perdant une guerre contre les Klingons. Cet évènement créa une chronologie alternative dans laquelle l'USS Enterprise-D était un vaisseau de guerre et non un vaisseau d'exploration. Data était aussi l'officier des opérations du vaisseau. (TNG: "Yesterday's Enterprise")

Dans une chronologie alternative, il a les yeux bleus

Le lieutenant Worf rencontra un fissure quantique qui lui permis de passer d'une réalité à une autre en 2370. Dans plusieurs de ces univers, Data était encore l'officier des opérations de l'USS Enterprise-D, et assista à la fête d'anniversaire surprise de Worf. Dans au moins une de ces réalités, les yeux de Data étaient bleus au lieu de leur couleur jaune caractéristique.

Dans une autre réalité, Data était toujours l'officier des opérations, mais il était supplanté par Worf, qui était l'officier en second du vaisseau sous les ordres du capitaine Riker, Picard ayant été perdu dans la bataille de Wolf 139 en 2367. Il détermina que le Wolf de la réalité primaire n'avait pas sa place dans sa réalité car la signature quantique de ce dernier ne correspondait pas à la résonance de la matière dans le reste de l'univers et qu'il était originaire d'un univers quantique différent. Cette version de Data émit l'hypothèse qu'il serait possible de sceller la fissure si la navette Curie de la réalité primaire pénétrait à nouveau dans la fissure et émettait un champ de distorsion à large spectre. Selon le capitaine Picard, le Data de la réalité primaire était arrivé à la même conclusion. Tous les évènements qui suivirent la traversée de Worf furent effacés de la ligne du temps une fois la fissure scellée. (TNG: "Parallels")

Dans un anti-temps futur

Dans un futur inconnu et alternatif, Data était professeur, titulaire de la chaire de professeur lucasien de mathématiques, à l'université de Cambridge et vivait dans la maison d'Isaac Newton avec une femme de ménage et plusieurs chats. Apparemment, dans ce futur, Data avait fini par comprendre le concept de l'humour, affirmant que sa gouvernante, Jessel, le faisait rire. De plus, son discours quotidien était beaucoup plus nuancé et léger, et il semblait avoir enfin maîtrisé l'utilisation des contractions. Il avait également teint une partie de ses cheveux en gris, car il pensait que cela lui donnait un air distingué. Cependant, Jessel trouvait que cela lui donnait l'air d'une "mouffette sanguinolente". (TNG: "All Good Things...")

Vie personnelle[modifier | modifier le wikicode]

Personnalité[modifier | modifier le wikicode]

Famille[modifier | modifier le wikicode]

Famille humaine
Famille androïde
  • Juliana Soong: sa mère
  • Lal: sa fille
  • B-4 (Proto): frère 1
  • Lore: frère 2
  • 2 autres frères construits en même temps que B-4
Donneur de neurones positroniques

Amitiés[modifier | modifier le wikicode]

Data entretenait des relations étroites avec la plupart des principaux responsables de l'USS Enterprise-D. Après que la navette dans laquelle Data se trouvait explosa, alors qu'il transportait du hytritium, et qu'il fut déclaré mort, Geordi refusa d'accepter l'idée que Data ait pu commettre une erreur. Endeuillé, Riker déclara au capitaine Picard que "si Data n'avait pas de sentiments, il en a fait naître pour lui chez les autres". (TNG: "The Most Toys")

Geordi La Forge[modifier | modifier le wikicode]

Durant son service sur l'USS Enterprise-D, le plus proche ami de Data était Geordi La Forge. Dès 2367, Data considéra Geordi comme son meilleur ami. (TNG: "Data's Day") Parce que Data était un androïde, Geordi était mieux équipé pour effectuer les réparations et la révision sur lui que ne l'était le docteur Crusher en tant que médecin en chef. Leur longue amitié remontait à 2364, lorsque tous deux furent affectés comme officiers de passerelle à bord de l'Enterprise. La promotion de Geordi au poste d'ingénieur en chef l'année suivante reflétait son expertise en matière de machines, bien qu'il ait éprouvé des difficultés à établir des relations avec d'autres personnes et, en particulier, avec les femmes. Ces traits de personnalité pouvaient expliquer la capacité de Geordi à entretenir si facilement une relation avec une machine consciente comme Data. Cela dit, Geordi n'a jamais considéré Data comme une machine en soi, mais comme un ami proche, et il ne l'a jamais traité différemment de ce qu'il aurait fait si l'androïde avait été un être organique conscient. (TNG: "Encounter at Farpoint", "Code of Honor", "Booby Trap", TNG: "Galaxy's Child", "Eye of the Beholder" ; "Star Trek: Generations")

Leur amitié fut mise à l'épreuve au début de l'année 2370, lorsque l'Enterprise captura un Borg individualisé. Lore utilisa la puce émotionnelle volée au docteur Noonian Soong pour inciter son frère à le rejoindre, désactivant au passage le programme éthique de ce dernier et lui transmettant uniquement des émotions négatives (telles que la haine, le sadisme et la colère). Sous l'influence de Lore, Data pratiqua une expérience neurologique sur Geordi. Cette opération fut très douloureuse pour ce dernier et aurait pu causer sa mort si le capitaine Picard et d'autres membres de l'équipage de l'Enterprise n'avaient pas réussi à réactiver le programme éthique de Data à temps. C'est, notamment, l'amitié de Data pour Geordi qui lui permis finalement de surmonter l'influence de son frère. Après ces évènements, Data s'en voulut pour ce qu'il avait fait à son ami et voulut détruire la puce d'émotivité, préférant l'amitié de Geordi à la possibilité de ressentir à nouveau des sentiments. Toutefois, Geordi l'arrêta, déclarant qu'il serait "un piètre ami s'il le laissait renoncer au rêve de toute sa vie", et ils décidèrent de garder la puce d'émotivité de côté. (TNG: "Descent, Part II")

Geordi accepte d'installer la puce d'émotivité dans le réseau neural de Data

Environ un an plus tard, après que Data, pensant faire une blague, ait poussé le docteur Crusher dans l'eau alors qu'ils se trouvaient sur un voilier, il décida de faire installer cette même puce d'émotivité dans son réseau neural. Geordi se chargea d'installer la puce après que Data ait pris cette décision. Quand les effets de la puce commencèrent à se faire sentir et que Data commença à démontrer un comportement erratique, Geordi se montra irrité par le rire incessant de son ami, avant de s'inquiéter pour lui quand il fut pris d'un malaise. Après que Geordi se soit fait menacer puis enlever par le docteur Soran à bord de l'observatoire Amargosa, Data découvrit ce qu'était vraiment la culpabilité. En effet, quand son ami avait été attaqué, il avait ressentir de la peur pour la première fois de sa vie et avait été paralysé. Dans un premier temps, il voulut qu'on le désactive jusqu'à ce qu'on puisse lui retirer la puce d'émotivité, mais il finit par s'habituer à ses nouvelles émotions et à les contrôler. ("Star Trek: Generations") Lorsque Data se transporta en secret sur le Scimitar pour sauver le capitaine Picard, Geordi l'aida à s'y rendre, sachant que ce serait la dernière fois qu'il verrait son ami en vie. ("Star Trek: Nemesis")

Jean-Luc Picard[modifier | modifier le wikicode]

Data considéra le capitaine Picard comme une sorte de figure paternelle tout au long de son service sur l'Enterprise. Il lui demanda, notamment, conseil à de nombreuses reprises dans sa quête pour devenir plus humain. Picard répondait aux questions de Data à chaque fois qu'il le pouvait.

Une relation similaire entre un capitaine et un membre d'équipage artificiel fut développée dans Star Trek: Voyager entre le capitaine Kathryn Janeway et Le Docteur, l'hologramme médical d'urgence de l'USS Voyager qui acquit une sensibilité après avoir été forcé d'assumer le poste permanent de médecin quand le personnel médical d'origine mourut.

Après la mort de Tasha Yar en 2364, les obsèques de cette dernière rendirent Data perplexe. Il pensait ne pas avoir comprit l'objectif de cette cérémonie car il ne pouvait pas s'empêcher de penser à l'absence que Tasha allait laisser plutôt qu'à Tasha en elle-même. Toutefois, Picard lui répondit qu'il avait parfaitement comprit le but de cette commémoration. (TNG: "Skin of Evil")

En 2365, l'existence de Data fut menacée lorsque le commander Maddox voulut le démonter et l'étudier afin de mieux comprendre le fonctionnement de son cerveau positronique. Data refusa de se soumettre à la procédure, jugeant les recherches de Maddox insuffisantes. Toutefois, ce dernier déclara que Data était la propriété de Starfleet et qu'il n'était, donc, pas un être conscient pouvant faire ses propres choix. Le capitaine Louvois soutint la revendication de Maddox, et Picard dut intervenir en contestant leur position, disant que Data était un être conscient et qu'il méritait d'avoir la liberté de prendre ses propres décisions. Il déclara également que Data représentait à lui seule une race entière et que le fait de le forcer à se soumettre à la procédure de Maddox équivalait à de l'esclavage, ce qui était strictement interdit par la loi de la Fédération. Finalement, Louvois se rallia au point de vue du capitaine Picard et estima que Data, androïde ou non, était un être conscient et avait les mêmes droits que tout autre officier de Starfleet. (TNG: "The Measure Of A Man")

En 2367, la confiance apparemment inébranlable de Picard en Data fut mise à l'épreuve lorsque Data refusa de coopérer pleinement lors d'une enquête portant sur un certain nombre d'évènements survenus dans un laps de temps oublié par le reste de l'équipage. Le comportement de Data manqua de mettre un terme à sa carrière dans Starfleet et, même, à son existence puisque si ce dernier s'était retrouvé en cour martiale des officiers de Starfleet l'auraient sûrement démonté pour trouver l'origine de son comportement divergent. Toutefois, il fut révélé que le capitaine Picard était, lui-même, à l'origine du comportement inhabituel de Data. En effet, après la rencontre de l'Enterprise avec les Paxans, un peuple ne voulant pas de la visite des autres espèces, Picard s'arrangea pour que tous les membres du vaisseau aient la mémoire effacée, et ordonna à Data de ne jamais reparler de cette rencontre. (TNG: "Clues")

Lors de la Guerre civile klingonne de 2367 à 2368, la Fédération intervint de façon indirecte en formant un blocus avec plusieurs vaisseaux de Starfleet positionnés de façon à créer un réseau capable de détecter les tachyons, afin de repérer les vaisseaux Romuliens qui tenteraient de passer pour aller soutenir la maison de Duras. Le capitaine Picard assigna à tous ses officiers supérieurs des postes de commandement sur les autres vaisseaux, à l'exception de Data. Ce dernier demanda alors pourquoi il n'avait pas reçu le commandement d'un vaisseau, constatant qu'il y avait un manque important d'officiers supérieurs disponibles pour cette mission et se demandant si le capitaine le pensait inapte à diriger un vaisseau parce qu'il était un androïde. Picard, légèrement embarrassé par la question de Data, lui confia finalement le commandement de l'USS Sutherland. Pendant le blocus, Data désobéit aux ordres directs du capitaine Picard, ce qui lui permit de révéler l'implication des Romuliens dans la Guerre civile klingonne. Plus tard, Data déclara qu'il reconnaissait mériter des mesures disciplinaires pour avoir désobéi à un ordre direct de son supérieur, mais le capitaine Picard considéra que cette désobéissance était justifiée dans ces circonstances et il le félicita, même, pour ne pas avoir suivi les ordres. (TNG: "Redemption, Part II")

En 2369, Data refusa qu'un groupe d'exocompes soit sacrifié afin de sauver la vie du capitaine Picard et celle du lieutenant commander Geordi La Forge, qui étaient piégés à bord de la station Tyrus VIIa, persuadé qu'ils étaient des êtres conscients et donc capable de prendre leurs propres décisions. Toutefois, il finit par accepter un compromis proposé par le commander Riker. Ainsi, les exocompes furent libérés et ils sauvèrent la vie du capitaine Picard et de Geordi, d'eux-mêmes. Ayant défendu les droits de Data quelques années plus tôt, Picard comprit la situation difficile dans laquelle celui-ci s'était trouvé. Les exocompes n'avaient pas de défenseur et Data s'était senti obligé d'agir en leur nom, pour leurs droits, malgré la situation dangereuse de ses amis. Picard déclara que c'était sûrement la décision la plus "humaine" que Data ait jamais prise. (TNG: "The Quality of Life")

Plus tard cette année-là, suite à un accident en salle des machines qui activa un programme dans le cerveau positronique provoquant des rêves, Data demanda conseil à plusieurs officiers, dont le capitaine Picard, sur ses nouvelles "visions". Picard était curieux de savoir pourquoi Data étudiait l'interprétation des rêves dans plusieurs milliers de cultures différentes pour réussir à comprendre ses propres visions, ce à quoi Data lui répondit qu'il n'avait pas de culture dans laquelle chercher des réponses. Toutefois, Picard déclara que Data avait bien une culture, mais une culture propre à un seul être, ce qui ne la rendait pas, pour autant, moins importante ni moins valable que la culture d'un peuple composé d'un milliard d'individus. Ainsi, Picard conseilla à Data de réfléchir à ce que ses rêves signifiait pour lui et, non, à ce qu'ils pouvaient signifier pour d'autres personnes. (TNG: "Birthright, Part I")

Après un dysfonctionnement de la puce émotionnelle tout juste installée dans le cerveau positronique de Data en 2371, ce dernier découvrit ce qu'était la culpabilité quand il laissa Geordi être capturé par le docteur Soran juste devant lui alors qu'il était paralysé par la peur. Data fut alors submergé par ses nouvelles émotions et demanda à être désactivé jusqu'à ce qu'on puisse lui retirer la puce d'émotivité. Bien que Picard ressentit de l'empathie pour Data, il refusa d'accéder à sa demande, déclarant que le fait de ressentir et contrôler ses émotions faisait partie de son apprentissage de la vie et de l'humanité. ("Star Trek: Generations")

En 2373, alors que l'Enterprise-E avait remonté le temps pour revenir en 2063 sur Terre, Picard et Data descendirent les premiers pour observer les dégâts que les Borgs avaient causé au complexe de lancement de Zefram Cochrane dans le Montana. Dans le hangar de lancement du Phoenix, alors qu'il touchait ce qui allait devenir le premier prototype de vaisseau à atteindre la vitesse de distorsion, Picard expliqua à Data que parfois le touché pouvait rendre les objets plus "réels". Quand la présence de Borgs fut suspectée à bord de l'Enterprise, ils furent tous les deux téléportés sur le vaisseau. En combattant ces derniers près de la salle des machines, Data fut capturé et amené à la reine des Borgs. Celle-ci, au lieu de chercher à assimiler Data, voulut le rendre plus humain en lui greffant de la peau humain.

Lorsqu'il considéra qu'il ne pourrait pas retenir les Borgs plus longtemps, le capitaine Picard décida le lancer le système d'autodestruction de l'Enterprise et ordonna à tous les membres de l'équipage d'évacuer le vaisseau. Il se rendit lui-même en salle des machines pour trouver Data et essayer de convaincre la reine des Borgs, qu'il avait rencontré quelques années plus tôt, de laisser partir l'androïde. Le capitaine était même prêt à prendre, de son plein gré, la place de Data aux côtés de la reine, devenant alors son égal. Cependant, Data refusa de partir et, sous les ordres de la reine des Borgs, désactiva le programme d'autodestruction. La reine ordonna alors à Data de détruire Pheonix, tout en cherchant à assimiler le capitaine Picard.

Cependant, Data fit exprès de manquer son tir, avant de faire éclater un réservoir de gaz de refroidissement du plasma, produit liquéfiant tout matière organique entrant à son contact, tuant les Borgs ainsi que leur reine. Toutefois, Picard survécut en se grimpant, hors de portée du gaz, à l'aide d'un câble. Une fois le produit évacué, Picard rejoignit Data. Ce dernier lui apprit que pendant un moment, il avait été tenté de rejoindre les Borgs. Quand le capitaine lui demanda combien de temps cela avait duré, Data lui répondit "0.68 seconde", ce qui, pour un androïde, était presque une éternité. ("Star Trek: First Contact")

Après le mariage de William Riker et Deanna Troi en 2379, Data fut troublé par les sentiments mitigés du capitaine Picard vis-à-vis du couple. En effet, bien qu'il fût heureux de voir le commander Riker être promu au rang de capitaine de l'USS Titan, avec sa nouvelle femme mutée au poste de conseillère sur le même vaisseau que lui, Picard ressentait une certaine tristesse à l'idée de leur départ. Ainsi, il essaya d'expliquer à Data qu'une personne pouvait parfaitement ressentir à la fois de la joie et de la tristesse dans certaines situations.

À l'apogée de la bataille du Rift de Bassen, Data sauta à travers le vide spatial séparant lEnterprise-E du Scimitar, pour sauver le capitaine Picard. En effet, en utilisant un prototype de transport d'urgence individuel, il téléporta Picard sur lEnterprise-E, avant de se sacrifier en tirant sur le générateur de radiations de thalaron, détruisant ainsi le Scimitar et sauvant l'équipage de lEnterprise. Après la bataille, le capitaine Picard porta un toast avec le reste des officiers supérieurs de lEnterprise-E en hommage à leur camarade tombé au combat. ("Star Trek: Nemesis")

Le toast porté par Picard en l'honneur de Data est le même que celui porté par le capitaine Kirk, des années auparavant, après la mort de Spock : "aux amis absents". (Star Trek III: The Search for Spock, Star Trek: Nemesis)

Vingt ans après la mort de Data dans le Rift de Bassen, Picard rencontra la conscience préservée de Data dans une simulation quantique complexe. Le sacrifice de ce dernier ayant beaucoup pesé sur la conscience de Picard durant tout ce temps, Data le rassura, lui disant qu'il ne regrettait pas d'avoir sacrifié sa vie pour le sauver. Avant que Picard ne soit ramené hors de la simualtion, Data lui demanda une dernière faveur. Il souhaitait que Picard mette un terme à sa conscience, car il voulait vivre en sachant que sa vie était terminée. Picard honora la requête de son ami. (PIC: "Et in Arcadia Ego, Part II")

William Riker[modifier | modifier le wikicode]

Data et William Riker en 2364

Le commander Riker rencontra Data, en 2364, dans le holodeck de l'Enterprise-D. Data essayait de siffler "Pop Goes the Weasel", mais n'arrivait pas à produire les dernières notes. Ainsi, Riker l'aida à terminer la mélodie. Des années plus tard, lors de la cérémonie commémorative en l'honneur de Data, Riker se remémora leur rencontre mais ne réussit pas à se souvenir de la chanson que son ami essayait de siffler. ("Star Trek: Nemesis") En discutant avec Data, Riker découvrit que ce dernier aurait préféré être un humain plutôt qu'un androïde et l'appela "Pinocchio", pour plaisanter, ce que Data trouva "intriguant". Au début, Riker était sceptique quant aux capacités de Data en tant que machine, supposant que son grade de lieutenant commander était uniquement honorifique. Néanmoins, il réalisa rapidement que Data, comme n'importe quel officier de Starfleet, avait mérité son rang. (TNG: "Encounter at Farpoint")

En 2365, le statut d'individu conscient de Data fut remis en question, notamment par le commander Bruce Maddox qui souhaitait soumettre l'androïde à une expérience non désirée par celui-ci. Ainsi, une audience eut lieu sur la base stellaire 173 mais, la base manquant de personnel juridique, Riker fut contraint d'agir en tant qu'avocat de Maddox et reçut la tâche de convaincre le capitaine Phillipa Louvois que Data était la propriété de Starfleet. Riker faillit réussir à prouver que Data était, bel et bien, une propriété de Starfleet en le désactivant. Néanmoins, la défense du capitaine Picard, chargé de représenter les intérêts de Data, réussit à démontrer que, même si Data était une machine, il n'était pas la propriété de Starfleet et qu'il avait, donc, le droit de choisir s'il voulait ou non se conformer aux demandes de Maddox. Une fois l'audience finie, Riker s'en voulut et se sentit mal d'avoir failli faire perdre ses droits à Data. Toutefois, Data ne ressentait pas de rancune envers Riker et le commander Maddox. Au contraire, il était reconnaissant que Riker ait participé à l'audience, déclarant que s'il ne l'avait pas fait, s'il n'était pas allé à l'encontre de ses propres convictions, le capitaine Louvois aurait rendu un jugement arbitraire et en faveur du commander Maddox. Ainsi, Data considérait que cette décision qui avait blessé le commander Riker, lui avait sauvé la vie. (TNG: "The Measure Of A Man")

Data sollicita l'aide ou demanda conseil au commander Riker à plusieurs reprises. Il lui demanda, par exemple, des informations sur l'amitié et la trahison, à la suite d'une mission impliquant Ishara Yar en 2367. (TNG: "Legacy") La même année, Data requit l'aide de Riker lorsque Keiko Ishikawa annula temporairement son mariage avec Miles O'Brien. (TNG: "Data's Day") Plus tard, il revint vers le commander Riker, afin d'obtenir des conseils sur les relations amoureuses lorsqu'il commença à sortir avec Jenna D'Sora. (TNG: "In Theory")

Beverly Crusher[modifier | modifier le wikicode]

Crusher apprenant la danse à Data

Le docteur Crusher et Data entretenaient une relation particulière. En effet, bien que Data n'avait que rarement besoin des services de Crusher en tant que médecin, il lui arrivait pourtant de lui demander des conseils sur des sujets variés, pouvant aller de la parentalité à la danse. Ainsi, elle apprit à Data à faire des claquettes, avant de lui apprendre les bases de la valse quand elle comprit qu'il voulait pouvoir danser au mariage de Keiko Ishikawa et Miles O'Brien. (TNG: "The Offspring", "Data's Day") Data alla également solliciter son aide quand il s'interrogea sur la possibilité de considérer les exocompes comme des êtres vivants. Elle était présente lorsque Data appris que ces derniers étaient effectivement des êtres sensibles. (TNG: "The Quality of Life")

En tant que médecin en chef du vaisseau, le docteur Crusher savait comment réparer et "soigner" Data, mais c'était surtout Geordi La Forge qui veillait au bon fonctionnement de Data, ce dernier étant une forme de vie artificielle. (TNG: "Datalore", "The Game")

En 2369, Data développa un sous-programme pour apprendre à utiliser les banalités, l'art de "parler pour ne rien dire". Sur les recommandations du capitaine Picard, il observa le comportement du commander Hutchinson passé maître dans cet art, lors d'une réception sur la base Arkaria. Une fois ses observations terminées, Data prit le docteur Crusher comme premier cobaye pour tester ses banalités, à la plus grande surprise et au plus grand amusement de cette dernière et du commander Riker. (TNG: "Starship Mine")

Lors de la cérémonie de promotion de Worf en 2371, le docteur Crusher tenta d'expliquer à Data en quoi avoir fait tomber Worf à l'eau alors qu'il se trouvait sur la planche du voilier Enterprise dans le holodeck était amusant. Celui-ci ne comprit pas exactement le sens de cet humour et, pensant faire une blague à son tour, poussa le docteur Crusher par-dessus bord. Néanmoins, le reste de l'équipage ne trouva pas cette tentative très amusante. Après cela, Geordi conseilla à Data d'éviter de se rendre à l'infirmerie pendant quelques jours. ("Star Trek: Generations") En 2379, le docteur Crusher fit remarquer qu'elle pensait que Data avait de plus beaux yeux que son aîné, B-4. ("Star Trek: Nemesis")

Worf[modifier | modifier le wikicode]

Data entretenait d'excellentes relations professionnelles et une amitié solide bien que discrète avec Worf. Ils avaient deux points communs d'importance. Tout d'abord, ils furent tous deux sauvés par la Fédération après que leurs maisons eussent été détruites par des attaques ennemies, ce qui leur inculqua une grande estime pour les valeurs de la Fédération. Ensuite, ils étaient tous les deux des pionniers de Starfleet, Data et Worf étaient, respectivement, le premier officier androïde et le premier officier klingon de Starfleet. Si la majorité du temps qu'il passé ensemble était dédié à l'exercice de leur fonction (comme lorsqu'ils étaient sur la passerelle ou qu'ils partaient en mission d'exploration), ils participaient également à des parties de poker avec le reste des officiers supérieurs et passaient du temps ensemble à l'Abordage en dehors de leurs heures de service. De plus, Worf était l'une des seules personnes que Spot, le chat de Data, laissait approcher, même si le klingon n'aimait pas le félin.

Lorsque la navette de Data explosa alors qu'il retournait sur l'Enterprise en 2366, tout ce que Worf put faire fut de fixer l'écran avec stupeur, choqué, et de murmurer le nom de son ami. Il s'avéra, finalement, que l'explosion avait été mise en scène afin d'enlever Data, qui fut plus tard secouru. (TNG: "The Most Toys")

En 2367, Data demanda l'aide de Worf pour trouver un cadeau de mariage pour Miles et Keiko O'Bien. (TNG: "Data's Day")

Quand Geordi La Forge et l'enseigne Ro Laren furent présumés morts dans un accident de téléporteur en 2368, Data se porta volontaire pour organiser le service commémoratif, mais il n'était pas sûr du type de cérémonie à organiser et il demanda, alors, conseil à Worf. Ce dernier lui répondit que, pour les Klingons, une mort honorable dans l'exercice de ses fonctions était un sujet de célébration et non de deuil. Data suivit son conseil et organisa une fête plutôt joyeuse, donnant aux gens l'occasion de partager leurs agréables souvenirs des "défunts". (TNG: "The Next Phase")

Un an plus tard, Data sollicita de nouveau les conseils de Worf, cette fois-ci pour faire des recherches sur les "rêves" qu'il faisait. Worf, préoccupé par les rumeurs selon lesquelles son père biologique avait survécu à l'attaque de Khitomer, donna à Data des réponses obscures, mais celui-ci sembla comprendre ce que son ami lui dit et poursuivit son enquête. Data lui rendit cette faveur plus tard, lorsque Worf apprit que celui qui se faisait passer pour Kahless l'Inoubliable n'était, en fait, qu'un clone du légendaire klingon. Les réflexions de Data sur la façon dont, après avoir assimilé sa nature d'androïde, il avait choisi de se considérer comme une personne qui pouvait évoluer et mûrir avec le temps plutôt que comme une machine qui resterait uniquement la somme de ses parties, convainquirent Worf d'accepter Kahless comme le symbole qu'il pouvait être pour son propre peuple plutôt que de le définir par les conditions de sa naissance. (TNG: "Birthright, Part I", "Rightful Heir")

Leur amitié fut mise à l'épreuve en 2370 lorsque Data, agissant en tant que capitaine par intérim, dut réprimander Worf pour avoir contesté ses ordres devant l'équipage de la passerelle. Par la suite, Data s'excusa auprès de Worf si ce rappel à l'ordre avait mis fin à leur amitié, mais Worf répondit qu'il était le seul responsable si leur amitié avait été mise en danger. Après cet échange, leur relation professionnelle et personnelle revint rapidement à la normale. (TNG: "Gambit, Part II")

Katherine Pulaski[modifier | modifier le wikicode]

Lorsque le docteur Pulaski monta à bord de l'Enterprise en 2365, elle se montrait plutôt froide et distante avec Data, en raison de son malaise face à la technologie. Elle le voyait comme une simple machine, sans personnalité ni préférence. Ainsi, elle ne comprit pas la gêne de ce dernier quand elle déforma son nom, le prononçant "Dèta" au lieu de "Data", et qu'il la corrigea. (TNG: "The Child") Elle était également condescendante envers Data et lui parlait souvent par l'intermédiaire des autres membres de l'équipage. (TNG: "Where Silence Has Lease") Elle pensait que la façon méthodique dont Data abordait les situations signifiait qu'il ne pourrait jamais résoudre une enquête traditionnelle à la Sherlock Holmes qu'il ne connaissait pas. Ainsi, elle le mit au défi de lui prouver le contraire, ce qui conduisit à la création du programme qui donna naissance à un hologramme conscient de son existence, Moriarty. (TNG: "Elementary, Dear Data")

Cependant, plus tard dans l'année, elle commença à apprécier Data et à le considérer comme un être conscient et, même, comme un égal. Les évènements de la station Darwin jouèrent un rôle primordial dans l'évolution de l'idée que Pulaski se faisait de Data. En effet, après que cette dernière eut été infectée par les anticorps des enfants de la station, Data resta avec elle pendant un long moment pour la soutenir, ce dont elle lui fut très reconnaissante. (TNG: "Unnatural Selection") Pulaski défia même le maître stratège Zakdorn, Sirna Kolrami, à une partie de Stratagème, persuadée que Data pouvait gagner. Lorsque celui-ci échoua, il en conclut que sa défaite devait venir d'une faiblesse de sa part et demanda à être momentanément relevé de ses fonctions. Après ça, le docteur Pulaski parla à Data et essaya de lui faire comprendre qu'une défaite ne signifiait pas forcément un échec total et l'encouragea à reprendre le travail, sans succès. Finalement, ce fut le capitaine Picard qui réussit à le convaincre de retourner au travail, en lui disant que l'on peut parfois perdre sans faire d'erreur. Par la suite, Data rejoua une partie contre Kolrami et réussit à le battre, en le menant dans une impasse en visant l'égalité et non la victoire. (TNG: "Peak Performance")

Enfants[modifier | modifier le wikicode]

Tasha Yar fit, un jour, remarqué que Data voyait le monde avec l'émerveillement d'un enfant. Pendant son service, Data se lia d'amitié avec plusieurs enfants et, notamment, avec une jeune fille Dreman nommée Sarjenka, violant alors la directive première. Pour limiter les dégâts, Picard ordonna au docteur Pulaski d'effacer la mémoire de Sarjenka. (TNG: "Pen Pals") Data devint, aussi, ami avec un garçon de 10 ans, Timothy, après que ce dernier soit devenu orphelin lors de l'explosion qui détruisit le vaisseau sur lequel il vivait. Se sentant, à tort, responsable de la mort de l'équipage, Timothy voulait être incapable de ressentir des émotions. Il commença, alors, à prétendre être un androïde et tenta d'imiter Data de toutes les manières possibles. (TNG: "Hero Worship") Plus tard, Data se lia d'amitié avec une jeune fille appelée Gia lorsqu'il perdit la mémoire alors qu'il était seul sur Barkon IV. Cette amitié fut assez similaire à celle qu'il entretenait avec Sarjenka, sauf que cette fois, ce fut Data qui ne garda aucun souvenir et l'enfant qui ne pourrait jamais oublier. (TNG: "Thine Own Self")

Spock[modifier | modifier le wikicode]

En tant que membre de l'équipage ne pouvant pas ressentir d'émotion, ainsi que conseiller respecté par le capitaine, Data partageait un certain nombre de similitudes avec Spock, officier à bord du premier USS Enterprise. Cependant, alors que Spock considérait que le contrôle émotionnel des Vulcains les rendait supérieurs aux Humains, Data aspirait à être plus humain et à ressentir des émotions. Data déclara un jour que son absence d'émotion le rendait plus proche des Vulcains que des Humains, bien qu'il trouvait leur philosophie austère et limitée. Le contraste entre Data et Spock fut instantanément évident pour eux lorsqu'ils se rencontrèrent sur Romulus. Spock nota que l'absence totale d'émotion et les capacités physiques supérieurs de Data étaient des qualités auxquelles aspiraient tous les Vulcains, mais que Data, lui, souhaitait être plus humain. Tandis que Data constata qu'en tant que hybride demi-vulcain et demi-humain, Spock avait abandonné ce que l'androïde avait recherché toute sa vie, en choisissant le mode de vie vulcaine. (TNG: "Unification, Part I", "Unification, Part II")

Romances[modifier | modifier le wikicode]

Selon ses propres termes, Data était "pleinement fonctionnel" et programmé avec de "multiples techniques" et une "immense variété de plaisirs". Ainsi, sous l'influence d'une intoxication de polyaqueuse, Data eut une relation sexuelle avec Natasha Yar. Des années plus tard, fin de 2367, il tenta d'entretenir une relation amoureuse avec le sous-lieutenant Jenna D'Sora. (TNG: "The Naked Now", "In Theory") En 2373, la reine Borg le séduisit, voulant le convaincre de s'allier aux Borgs. ("Star Trek: First Contact")

Natasha Yar[modifier | modifier le wikicode]

Data eut une brève relation sexuelle avec le lieutenant Natasha Yar en 2364, alors qu'ils étaient tous les deux sous l'influence d'une intoxication polyaqueuse. Revenue dans son état normal, le lieutenant Yar lui déclara que cet incident n'était "jamais arrivé". (TNG: "The Naked Now") Ayant une mémoire parfaite (il pouvait en effet se souvenir de tout ce qui lui était arrivé comme si cela venait tout juste de se passer), Data continua à ressentir un lien particulier avec Tasha après cet incident. Après la mort de Tasha, Data conserva une image holographique de cette dernière pour garder un souvenir d'elle. Quand les droits de Data en tant qu'être conscient furent remis en question, sa relation avec Tasha influença fortement le capitaine Phillipa Louvois lors de sa décision finale, concluant que Data était, bel et bien, un individu conscient. (TNG: "The Measure Of A Man") Alors qu'ils pensaient Data mort dans l'explosion de sa navette, Geordi La Forge et Wesley Crusher trouvèrent le portrait holographique de Tasha lorsqu'ils visitèrent les quartiers de l'androïde. (TNG: "The Most Toys")

Jenna D'Sora[modifier | modifier le wikicode]

Fin 2367, le sous-lieutenant Jenna D'Sora tomba amoureuse de Data, alors qu'ils travaillaient ensemble. Après qu'elle l'ait embrassé pour lui montrer son affection, Data demanda conseil à ses amis, ne sachant pas ce qu'il devait faire. Finalement, il décida d'essayer et de poursuivre cette relation. N'ayant pas de réelles émotions ni de sentiments, Data créa un programme spécial dans son réseau neuronal pour le guider à travers toutes les subtilités de la vie de couple. Cependant, au fur et à mesure que sa relation avec Jenna progressait, Data découvrit que le fonctionnement logique n'était pas toujours le plus approprié quand il était question d'amour.

Plus tard cette année-là, ils décidèrent de mettre fin à leur relation. Le sous-lieutenant D'Sora expliqua qu'elle avait quitté son ex-petit-ami parce qu'il ne montrait pas assez ses émotions. Elle estimait que le fait qu'elle était tombé amoureuse de Data, un androïde incapable de ressentir la moindre émotion, indiquait qu'elle suivait toujours le même schéma dans ses relations et elle pensait que c'était une erreur. Percevant la logique de son raisonnement, Data accepta, sans réfléchir, leur rupture et mit fin à son programme de relation amoureuse. (TNG: "In Theory")

Une déclaration faite par Data à la reine Borg dans Star Trek: First Contact, concernant sa dernière relation sexuelle semble supposer, vu le laps de temps indiqué, qu'il fait référence à sa liaison avec Tasha Yar. Cela implique que Jenna D'Sora et Data n'ont jamais eu de relation intime durant leur relation amoureuse.

La reine Borg[modifier | modifier le wikicode]

Après que l'Enterprise-E ait voyagé dans le temps (depuis l'année 2373 pour arriver en 2063), Data fut enlevé par les Borgs durant une attaque sur le vaisseau. Incapable d'assimiler l'androïde, la reine Borg tenta d'asservir Data en lui greffant de la peau humaine au lieu de sa peau en polymère. Data joua le jeu et suggéra, notamment, d'avoir une relation sexuelle avec cette dernière, qui le voulait comme partenaire pour atténuer la solitude de son rôle d'individu unique et personnel dans le Collectif borg. Ainsi, Data devait surtout "remplacer" Locutus aux côtés de la reine. Toutefois, Data finit par trahir la reine Borg et la tua avec du gaz de refroidissement de plasma, produit qui liquéfia en même la chair que la reine Borg lui avait greffée. Il admit plus tard au capitaine qu'une partie de lui regrettait la mort de la reine Borg, déclarant que celle-ci l'avait rendu plus humain qu'il ne l'aurait jamais cru possible et que son offre de rejoindre les Borgs l'avait tenté pendant 0.68 secondes (ce qui, "pour un androïde, est une éternité", déclara-t-il). ("Star Trek: First Contact")

Médailles et honneurs[modifier | modifier le wikicode]

(TNG: "The Measure Of A Man")

Intérêts personnels[modifier | modifier le wikicode]

Aventures dans le holodeck[modifier | modifier le wikicode]

Data et Geordi interprétant Holmes et Watson

Data s'intéressait beaucoup à Sherlock Holmes et aimait interpréter le grand détective dans un programme holodeck, souvent accompagné de Geordi La Forge dans le rôle du Docteur Watson. (TNG: "Elementary, Dear Data", "Ship in a Bottle")

Picard et Data dans "The Big Good-Bye"

Data accompagna également le capitaine Picard à deux reprises dans ses histoires holodecks, tirées de la série Dixon Hill, jouant "Carlos, d'Amérique du sud", l'un des associés du détective privé. (TNG: "The Big Goodbye", "Manhunt")

Data avait l'habitude de jouer au poker avec plusieurs de ses compagnons d'équipage, dont Riker, Geordi et Worf, mais aussi avec des hologrammes de personnalités d'autres époques, comme Stephen Hawking, Albert Einstein et Isaac Newton, s'intéressant à la façon dont ils se comporteraient dans une telle situation. Il qualifia cette expérience de "très éclairante". (TNG: "Descent, Part I")

Arts[modifier | modifier le wikicode]

Data jouant de la guitare en 2368

Data pratiqua plusieurs des principaux arts terriens. Il développa ses compétences en peinture, créant des oeuvres d'art de nombreux styles et sur de nombreux sujets. (TNG: "Birthright, Part I") Il joua dans plusieurs des pièces de théâtre représentées sur l'USS Enterprise-D et s'intéressait à la poésie. Il écrivit notamment plusieurs poèmes, bien que son manque d'émotion faisait que ses oeuvres étaient plutôt centrées sur une structure poétique précise, sans que le contenu ne réussisse à provoquer une réaction émotionnelle. (TNG: "Schisms", "The Defector", "Frame of Mind", TNG: "Emergence")

Il jouait également du violon et fit des concerts à plusieurs reprises devant ses compagnons d'équipage. (TNG: "Sarek", "Tin Man") Il jouait également de la guitare classique et du hautbois. (TNG: "Silicon Avatar", "In Theory") Data savait aussi chanter. Il le prouva en interprétant "Blue Skies" au mariage de William Riker et Deanna Troi. ("Star Trek: Nemesis")

Souhaitant danser au mariage de Miles O'Brien et Keiko Ishikawa, il demanda au docteur Crusher de lui apprendre les claquettes. Quand celle-ci découvrit la raison pour laquelle Data voulait apprendre à danser, elle lui conseilla de se concentrer sur un autre type de danse et lui apprit quelques pas de valse. (TNG: "Data's Day")

En plus des oeuvres de Conan Doyle, Data s'intéressait à une littérature plus diverse, notamment à la littérature française comme la "Physiologie du goût" de Brillat-Savarin. (TNG: "A Matter of Time")

Hologrammes[modifier | modifier le wikicode]

Data fut dupliqué holographiquement à plusieurs reprises :

  • En 2366, le lieutenant Reginald Barclay recréa au moins deux Data alors qu'il souffrait d'holo-dépendance. L'un des programmes plaçait Data dans l'univers des Trois Mousquetaires d'Alexandre Dumas, tandis que le deuxième recréait l'équipage complet de l'USS Enterprise-D. Cette simulation de Data était présente lorsque Barclay dit au revoir à ses fantasmes et supprima les programmes. (TNG: "Hollow Pursuits")
  • Barash recréa tout l'équipage de commandement de l'USS Enterprise-D, dont Data, en 2367 sur Alpha Onias III pour y retenir le commander Riker. Cette reconstitution se déroulait dans une version de l'année 2383 où Data avait été promu au rang de commander et était devenu officier en second. (TNG: "Future Imperfect")
  • Un dysfonctionnement de l'ordinateur à bord de l'USS Enterprise-D, alors que le holodeck faisait tourner le programme Deadwood "Ancient West", fit que tous les personnages prirent l'apparence de Data en 2369. (TNG: "A Fistful of Datas")

Apparitions[modifier | modifier le wikicode]

Annexes[modifier | modifier le wikicode]

Informations générales[modifier | modifier le wikicode]

Dans toutes ses apparitions à la télévision et au cinéma, Data était joué par l'acteur Brent Spiner. En 2005, Spiner enregistra un bref caméo vocal à l'occasion du dernier épisode de la série Star Trek: Enterprise, ENT: "These Are the Voyages...". En effet, Data s'adressa au conseiller Deanna Troi par le biais de son combadge. Spiner ne fut pas crédité pour cette apparition vocale. Dans la saison 4 de Star Trek: Enterprise, Spiner interpréta Arik Soong, un ancêtre du docteur Noonian Soong, le créateur de Data. En 2020, Data apparut dans 4 épisodes de la série Star Trek: Picard, à travers des rêves, des visions, ainsi qu'une personnalité de Data téléchargée dans la mémoire de son frère, B-4, durant le film "Star Trek: Nemesis".

Selon Star Trek: The Next Generation Companion (2ème ed., p.15), Data fut inspiré de The Questor Tapes, un téléfilm créé par Gene Roddenberry et Gene Coon dans les années 1970. Il mettait en scène Robert Foxworth dans le rôle du personnage principal, au côté notamment de Majel Barrett et Walter Koenig. À l'origine, ce film devait être le pilote d'une série qui aurait suivit les aventures d'un androïde à la personnalité enfantine.

Cependant, Susan Sackett estimait que Data était plus inspiré de Spock que de Questor. Elle déclara : "Gene a toujours été fasciné par l'intelligence artificielle. Data était un peu comme le personnage de Spock qui pouvait être logique et voir les choses d'une manière différente. La différence est que celui-ci [Data] veut être plus humain, contrairement à Spock, qui ne voulait pas être humain. Je ne pense pas qu'il pensait à The Questor Tapes". (The Fifty-Year Mission: The Next 25 Years, p.58)

Xon, un personnage vulcain de la série télévisée Star Trek: Phase II qui n'a finalement pas eu lieu, fut également cité comme "précurseur" ou "première version" de Data, notamment par Judith et Garfield Reeves-Stevens. (Star Trek Phase II: The Lost Series, p.28) Ils soulignèrent, en particulier, la similarité des deux personnages qui cherchaient à "reproduire le comportement humain sans pouvoir le comprendre". (Star Trek Phase II: The Lost Series, p.83)

Quel qu'ait été le point de vue de Gene Roddenberry quant à la création de Data, Robert Justman considéra qu'un tel personnage androïde serait une bénédiction pour la série. "J'ai pensé que nous pourrions créer une nouvelle série "régulière". Un androïde programmé par Starfleet Command avec toutes les capacités et caractéristiques familières de Spock fusionnées aux qualités de leadership et d'humanisme du capitaine Kirk. Un nouveau personnage comme celui-ci ouvrirait un certain nombre de voies dramatiques et humoristiques", se souvint Justman. (The Fifty-Year Mission: The Next 25 Years, p.58)

Rick Berman fit observer que Data ressemblait à de nombreux autres personnages de fiction. "Il était un peu comme les personnages du Magicien d'Oz. Il voulait être un vrai petit garçon, comme Pinocchio, mais il voulait aussi avoir un cœur, il voulait avoir un cerveau", souligna-t-il. En effet, dans le Magicien d'Oz, l'épouvantail souhaitait avoir un cerveau, tandis que l'homme de fer blanc désirait un cœur. (The Fifty-Year Mission: The Next 25 Years, p.96)

Selon Melinda M. Snodgrass, Data ne ressemblait pas seulement à des personnages de fiction pour enfants, mais il était lui-même très enfantin. "J'ai toujours considéré Data comme un enfant", commenta-t-elle. "Data explore, ce que fait tout enfant en grandissant. Vous pouvez permettre à Data de faire une erreur, d'en tirer des leçons et de la rectifier. Tandis que si cette même erreur avait été faite par quelqu'un d'autre, cela aurait semblé improbable, car ce sont tous des professionnels très bien formés". (The Fifty-Year Mission: The Next 25 Years, p.96-97)

Le TNG Writers/Directors Guide de mars 1987 présentait une histoire initiale pour Data qui fut abandonnée assez rapidement au cours de la série. Dans cette version, il avait été fabriqué par des extraterrestres très avancés, mais encore jamais vus, qui avaient placé, dans la mémoire de Data, tous les souvenirs d'une colonie spatiale "Terre-Asie" qui était condamnée, afin de préserver leur existence. Sa personnalité aurait donc été influencée par les colons. Certains éléments de cette version de l'histoire de Data, tels que les souvenirs des colons conservés dans sa mémoire, furent conservés dans la série. (TNG: "Datalore")

Robert Justman estima qu'il y avait "plusieurs façons de faire" lors du casting de Data et s'inspira, donc, de la représentation de l'androïde Bishop par l'acteur Lance Henriksen dans le film Aliens. (The Fifty-Year Mission: The Next 25 Years, p.58) Parmi les acteurs qui furent envisagés pour interpréter Data se trouvaient John Lone, Robert Englund, l'actrice Kim Miyori (Creating the Next Generation), Mark Lindsay Chapman, Kevin Peter Hall, Eric Menyuk et Kelvin Han Yee. Ces quatre derniers furent considérés pour le rôle le 13 avril 1987. À cette date, Chapman était le candidat favori.[1]

Quand Brent Spiner obtint le rôle de Data, il était anxieux, car il ne savait pas quelles seraient les limites et les libertés de son personnage. "Au début, quand j'ai pris le rôle, ma plus grande crainte était que ce soit le personnage le plus limité, non seulement de la série, mais aussi à la télévision, parce que la toile sur laquelle j'étais autorisé à peindre était si étroite", expliqua-t-il. (The Fifty-Year Mission: The Next 25 Years, p.96)

Spiner devenant Data, peu à peu

Lorsque Gene Roddenberry décida de faire jouer Brent Spiner dans le rôle de Data, l'apparence de l'androïde n'était pas encore déterminée. Spinner dut passer 36 tests de maquillage, car Michael Westmore avait envisagé une énorme variété de couleurs, dont le rose bubblegum et le gris cuirassé. Le personnel de préproduction choisit, finalement, l'or brillant avec des lentilles de contact irisées jaunes. Au début, Spiner était contre l'idée de porter du maquillage pour interpréter son personnage. "Mon argument contre Gene était : "Si vous êtes capable de faire une créature qui bouge comme ceci, qui ressemble à ceci et qui pense comme ceci, pourquoi ne pouvez-vous pas créer de la peau ?" Et la réponse de Gene a été : "Qu'est-ce qui vous fait penser que ce que vous avez n'est pas mieux que la peau ?" Et c'était très difficile de prouver le contraire". (Trek: The Next Generation Crew Book)

Pour son interprétation de Data, Brent Spiner puisa son inspiration de deux sources différentes. La première fut tirée de la référence à Pinocchio que Riker fit dans l'épisode TNG: "Encounter at Farpoint", lorsqu'il rencontra Data. Spiner utilisa cette comparaison dans son portrait. "C'est une machine qui aimerait être humain, et qui est fascinée par les humains", fit-il observer. "Je suppose que durant son voyage, il se rapprochera de plus en plus d'un être humain." Sa deuxième source d'inspiration était le personnage de Blade Runner, Roy Batty, déclarant : "j'aime me considérer comme le Rutger Hauer de cette série", ajoutant, "puis, j'aime me considérer comme Rutger Hauer dans la vraie vie : étonnamment beau, irrésistible pour les femmes, une énigme intergalactique". (Trek: The Next Generation Crew Book)

La façon dont Brent Spiner interprétait Data eut un effet sur le nombre d'épisodes le concernant, comme le souligna Rick Berman : "Brent était si bon que tous les scénaristes ont ressenti une grande envie d'écrire pour ce personnage". En conséquence, Spiner lui-même était ravi de constater que "sa plus grande crainte", à savoir que Data ne joue qu'un rôle limité, ne se réalisait pas. "C'était incroyable pour moi [...]. Je viens d'avoir la chance d'interpréter un personnage qui est devenu le plus illimité de la télévision", s'enthousiasma Spiner. (The Fifty-Year Mission: The Next 25 Years, p.96)

Dans le téléfilm The Questor Tapes, Questor devait expérimenter la sexualité en ayant une relation sexuelle avec un personnage féminin. Les censeurs de la chaîne n'autorisèrent pas l'utilisation de cette scène dans le film, mais une décennie plus tard, des normes plus souples permirent une "relation intime" entre Data et Tasha Yar dans l'épisode TNG: "The Naked Now". Ainsi, quand Data déclara qu'il était "pleinement fonctionnel", il s'agissait d'une citation du téléfilm. Une scène de l'épisode TNG: "The Royale", dans laquelle Data réparait des dés truqués, fut également tirée de The Questor Tapes.[2]

La fin de "Star Trek: Nemesis" laissait supposer que B-4 pourrait remplacer Data, devenant peut-être, même, Data durant ce processus. Ce fait rappelait, d'une certaine façon, la renaissance de Spock à la fin de Star Trek II: The Wrath of Khan. Cependant, Spiner nota qu'il avait visiblement vieilli et qu'il serait peu plausible qu'il continue à jouer un androïde dont l'apparence ne devrait pas changer avec le temps (bien que dans l'épisode TNG: "Inheritance" il fut révélé que Data avait un programme de vieillisement, et que l'épisode TNG: "All Good Things..." présentait une version de Data, dans un anti-temps futur, ayant une apparence plus âgée).

En dehors des réalités alternatives, Data apparut, tout au long de la série Star Trek: The Next Generation et des films, comme ayant le grade de lieutenant commander. Jean-Luc Picard et Beverly Crusher sont les seuls autres personnages à avoir conservé le même rang sur cette même période. Data était également l'un des rares personnages non-vulcains à maîtriser le pincement neural vulcain. (TNG: "Unification, Part II" ; "Star Trek: Nemesis")

Dans l'épisode VOY: "Prototype" de la série Star Trek: Voyager, B'Elanna Torres fit une référence à Data alors qu'elle discutait avec l'unité automatisée 3947, tout en l'aidant à développer un prototype de robot capable d'utiliser un module de puissance uniforme. Torres décrivit Data comme étant la seule forme de vie artificielle sensible dans sa culture. L'unité automatisée 3947 déclara qu'il aimerait rencontrer Data, une machine ayant le même statut que les "créateurs".

Le 9 avril 2008, le personnage de Data fut intronisé au Robot Hall of Fame de l'université Carnegie Mellon. Zachary Quinto, acteur ayant joué Spock et ancien élève de Carnegie Mellon, assista à la cérémonie au nom de l'androïde.[3]

En 2016, Brent Spiner exprima sa volonté de transmettre le rôle de Data, en déclarant : "Je ne pense pas que je vais en devenir le propriétaire. J'aimerais voir Tilda Swinton jouer Data. Vous ne pensez pas que ce serait cool ?". (SFX, n°275, p.67)

Incohérence des dates de ses années d'études[modifier | modifier le wikicode]

Dans l'épisode TNG: "Encounter at Farpoint", Data dit qu'il avait été diplômé de l'Académie de Starfleet lors de la promotion Starfleet 78, malgré le fait que l'épisode ait eu lieu en 2364 et que Data ait été assemblé à la fin des années 2330. Dans la version longue de l'épisode TNG: "The Measure Of A Man", il est révélé que Data fut admis à l'Académie en 2344 et obtint son diplôme en 2348. Plus tard, dans son dossier personnel lors de l'épisode TNG: "Conundrum", ces dates furent remplacées par 2341 et 2345.

Autres médias[modifier | modifier le wikicode]

L'histoire de Data tirée du TNG Writer's/Director's Guide de mars 1987 fut reprise dans le roman de David Gerrold, Encounter at Farpoint.

Le roman graphique The Gorn Crisis montre Data pendant la guerre du Dominion, où il put aider la Fédération à forger une alliance avec les Gorns en 2375, en battant un leader Gorn et en démontrant ainsi que l'ingéniosité humaine était supérieure et plus forte que le Gorn.

Le roman The Buried Age raconte la première rencontre entre Data et le capitaine Picard. Picard encouragea Data à s'affirmer et à faire plus que ce que ses supérieurs lui demandaient. Avant leur rencontre, Data avait du mal à faire avancer sa carrière car il se contentait de faire le travailler qu'on lui disait de faire, car il ne lui venait pas à l'esprit de se mettre en avant ni de demander des missions spécifiques. Il respectait scrupuleusement la chaîne de commandement sans penser à dépasser les ordres, les attentes et les règles. Ainsi, plus tard dans le roman, il découvrit et évita une tentative de sabotage des vaisseaux de classe Galaxy en cours de construction, quand un ancien extra-terrestre implanta des défauts subtils dans leurs caractéristiques de conception. Data fut promu au grade de lieutenant commander et se vit offrir une place sur un vaisseau de classe Galaxy lorsque ceux-ci seraient terminés.

Le roman Resistance de la série TNG Relaunch aborde la question de savoir si B-4 pouvait devenir Data. Cependant, lorsque le capitaine Picard et Geordi La Forge comprirent que les moments où B-4 avaient eu accès aux souvenirs de Data n'étaient que des incidents aléatoires et non le signe d'une progression définitive, ils furent contraints de le désactiver et de l'envoyer à l'Institut Daystrom pour des analyses. Toutefois, plus tard, dans le roman Greater than the Sum, il fut révélé que le conseil de la Fédération avait annulé cette décision et accordait à B-4 le droit de choisir son propre destin.

Data fut ranimé dans le roman Cold Equations: The Persitence of Memory, où le docteur Soong, qui avait survécu à sa mort en transférant son esprit dans un corps androïde d'apparence beaucoup plus humaine que celui de Data, transféra les souvenirs de Data qui se trouvaient dans la mémoire de B-4 dans son propre corps, car il avait été incapable de compléter le nouveau corps qu'il avait tenté de construire à cause d'une invasion borg et d'une attaque breen. Bien que Data ne se sentait pas vraiment lui-même après sa "résurrection", citant par exemple sa réticence à retourner à Starfleet maintenant qu'il possédait les souvenirs de son père et qu'il comprenait ce que ce dernier ressentait à l'idée qu'il ne fasse pas perdurer son œuvre, Geordi conclut que Data était toujours le même, prenant pour preuve le fait que Data et lui étaient encore amis et que l'androïde n'utilisait toujours pas les contractions même s'il avait appris à le faire.

Le capitaine Data de l'USS Enterprise-E

La série de comics Star Trek: Countdown, lié au film "Star Trek (film 2009)", présente Data comme vivant en 2387 et ayant réussi à imprimer ses réseaux neuronaux dans la programmation de B-4. Spock, qui avait également été ramené à la vie après sa mort, nota l'unique et incroyable expérience de vie partagée par les deux androïdes. Dans le comics adapté du film, le visage de Data, tout comme celui du capitaine Picard, apparaît lors de la scène de fusion mentale sur Delta Vega, représentée par un assemblage de séquences venant de Star Trek: Countdown. Data était devenu le capitaine de l'USS Enterprise-E. Cette promotion au rang de capitaine est l'une des anecdotes apparaissant sur l'écran de chargement de Star Trek Online. La nouvelle Unexpected Honor, publiée dans le numéro 167 de Star Terk Magazine (p.90-93) en 2012, montre que la carrière de capitaine de Data se termina lors de la destruction de l'USS Enterprise-E aux mains de l'Undine en 2408. Après ça, Data prit sa retraite en tant qu'officier de Starfleet pour enseigner à l'université d'Oxford, probablement un clin d'oeil à l'anti-temps futur de l'épisode TNG: "All Good Things..." dans lequel Data devient aussi un professeur, mais à l'université de Cambridge, après avoir quitté Starfleet.

Dans la nouvelle Our Million-Year Mission, se déroulant un million d'années dans le futur, Data Soong était un membre d'équipage à bord de l'UberEnterprise, un vaisseau peuplé de répliques holographiques d'officiers célèbres de Starfleet. Il s'était, lui-même, modifié afin d'être capable de ressentir toutes les nuances des émotions humaines et extraterrestres.

Liens externes[modifier | modifier le wikicode]

Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-NC.