FANDOM


Travaux Kyuso21 (lui écrire) est en train de travailler en profondeur sur cet article. Merci de ne pas le modifier pour limiter les risques de conflit de versions jusqu'à disparition de cet avertissement
(Notice posée le 28/05/2019).


Engin spatial

USS Enterprise NCC-1701-E nébuleuse

Nom : USS Enterprise
Classe : Sovereign
Registre : NCC-1701-E
Affiliation : Fédération - Starfleet
Chantiers : chantiers spatiaux de San Francisco
Lancement : 2372
Statut : (2379) actif

L'USS Enterprise NCC-1701-E était un vaisseau spatial de la Fédération de classe Sovereign affilié à Starfleet, commandé par le capitaine Jean-Luc Picard.

HistoireModifier

Construction et lancement Modifier

Vaisseau de la Fédération des Planètes Unies, de classe Sovereign, sixième vaisseau à porter le nom d'Enterprise. Il fut lancé en 2372 sous le commandement du Capitaine Jean-Luc Picard et fut le vaisseau le plus perfectionné lors de son lancement depuis les chantiers spatiaux de San Francisco. La plupart de l'équipage de l'Enterprise-D avait été réassignée à bord du tout nouveau navire, y compris les officiers supérieurs à l'exception du Lieutenant-Commander Worf, qui avait été transféré sur la station spatiale Deep Space Nine. "Star Trek: First Contact" ; (DS9: "The Way of the Warrior" ; "Trials and Tribble-ations")
Interrogé sur sa construction, Ronald D. Moore avait expliqué que son "hypothèse de travail était que l'Enterprise-E avait sa quille de posée pendant la dernière saison de TNG et qu'un autre nom lui était destiné. Lorsque l'Enterprise-D a été détruit, le navire de classe Sovereign était quasiment terminé et fut ainsi rapidement nommé Enterprise. C'était une pratique courante durant la Seconde Guerre Mondiale. Après que le Yorktown a coulé dans le [1], l'US Navy prit la décision de renommer un tout nouveau porte-avion alors encore en construction en honneur au naviré ayant succombé." (AOL Chat, 1998)
Dans le roman Headlong Flight, il est décrit que le nom d'origine de l'Enterprise-E était USS Honorius peu avant la Bataille de Véridian III.
Dans le roman The Autobiography of Jean-Luc Picard, il est mentionné que le vaisseau devait se nommer USS Sentinel.

Historique de service Modifier

La menace Borg Modifier

Alors que l'Enterprise entama quasiment la fin de son année de service actif, des ordres venant de Starfleet l'envoya patrouiller le long de la Zone Neutre Romulienne alors que les Borgs étaient en train de faire leur apparition. Starfleet pensait que les romuliens pourraient profiter de la situation préoccupante des Borgs pour lancer leur propre attaque. Officieusement, il s'agissait d'écarter Picard qui avait déjà été assimilé par les Borgs.

Retour sur Terre Modifier

Alors que la flotte engagea la bataille contre le cube Borg dans le Secteur 001 en orbite terrienne, Picard décida d'enfreindre les ordres et de leur porter assistance. Arrivé sur place, l'Enterprise sauva in extremis l'USS Defiant alors commandé par Worf. Peu de temps après, le vaisseau de l'Amiral Hayes fut détruit. Ayant eu un lien avec le Collectif, Picard connaissait le point faible du vaisseau ennemi et demanda à la flotte de concentrer leurs tirs de phaseurs et torpilles en un point précis, en résulta sa destruction signant une victoire pour Starfleet.

Voyage en 2063 Modifier

Peu de temps avant que le cube n'explose, une sphère Borg en sortit rapidement et se lança en direction de la Terre. Picard ordonna alors à son pilote de la suivre, cette dernière entamant une ouverture d'un vortex temporel dont la vague de celle-ci frappa l'Enterprise sans l'endommager. Réalisant un changement visuel de la Terre ainsi que de la composition chimique et de sa population, le navire entra dans le vortex et arriva alors en 2063. En effet, les Borgs souhaitaient interrompre le Premier Contact entre les Humains et les Vulcains, stoppant ainsi le lancement du premier vaisseau de distorsion, le Phoenix. Ainsi, le Collectif pourrait assimiler la Terre avant même que la Fédération n'existe.

En 2375, le vaisseau dut affronter les Son'as et la Fédération elle-même, pour protéger le peuple des Ba'kus, ayant trouver le secret de la jeunesse éternelle... "Star Trek: Insurrection"

En 2379, suite à l'assassinat de tous les membres du sénat romulien, le vaisseau dut se rendre sur Romulus, afin de négocier les termes d'un nouveau traité de paix avec le nouveau prêteur humain Romulano-rémien, Shinzon. À la suite d'un lourd combat contre les Rémiens et Shinzon, l’Enterprise fut très gravement endommagé. De retour sur Terre, William Riker quitta son poste de numéro un et prit le commandement de l'USS Titan, et l’Enterprise-E fut réparé. "Star Trek: Nemesis"

Le Briar Patch Modifier

Avec le Corps Diplomatique de la Fédération essayant de négocier un armistice dans la Guerre du Dominion, l'Enterprise a été relégué à un rôle diplomatique, en dépit du Capitaine Picard. En 2375, l'Enterprise tenait une mission diplomatique avec les Evoras, une nouvelle espèce sous le protectorat de la Fédération et devait également résoudre un conflit dans le système de Goren lorsque son équipage fut impliqué dans un plan des Son'as, assisté par l'Amiral de Starfleet Matthew Dougherty afin de déporter les Ba'kus depuis leur planète isolée jusqu'au Briar Patch.

Le plan des Son'as Modifier

Les Son'as sont d'anciens Ba'kus emplis de vengeance qui ont été exilés de leur planète après avoir raté un coup-d'Etat un siècle auparavant. Ils ont élaboré un plan pour récolter les radiations métaphasiques des anneaux de la planète et avaient besoin de la coopération de Starfleet pour mener leurs objectifs. Le Capitaine Picard a ressenti la déportation des Ba'kus comme étant une grave violation de la Directive Première et résigna son engagement dans Starfleet, commandant une équipe de membres d'équipage de l'Enterprise sur la planète Ba'ku afin d'empêcher cette capture et cette relocalisation.

Il a été ordonné au Commander William T. Riker de prendre les commandes de l'Enterprise et de contacter le Conseil de la Fédération afin de les alerter de la trahison de l'Amiral Dougherty. Cependant, l'Enterprise devait inévitablement naviguer dans une zone de l'espace appelée le Briar Patch afin de contacter le Commandement de Starfleet. Cette zone coupe toutes communications ainsi que le moteur de distorsion du vaisseau.

La Bataille du Briar Patch Modifier

Deux vaisseaux de combat Son'a ont été envoyés par Ahdar Ru'afo pour intercepter l'Enterprise avant qu'il ne quitte le Briar Patch et l'ont sérieusement endommagé en cours de route. Le noyau de distorsion a été éjecté afin de refermer une rupture subspatiale créée par les armes isolytiques des Son'as.

Riker a été plus mâlin que les Son'as en remplissant les collecteurs Bussard de gaz métréon, un gaz originaire du Briar Patch et l'a ensuite ventilé à l'arrière du vaisseau. Lorsque les Son'as ont utilisé leurs armes, le gaz a explosé, détruisant un vaisseau et en endommageant sérieusement un autre.

Geordi La Forge a commenté avec amusement que cette tactique pourrait être appelée la "Manoeuvre de Riker" à l'avenir. L'Enterprise est ensuite retourné vers la planète Ba'ku et a aidé le Capitaine Picard à désarmer le vaisseau-collecteur Son'a. Ils foncèrent droit sur le vaisseau amiral de Ru'afo en arrivant et le Commander Riker a prétendu éperonner le vaisseau ennemi mais a en vérité survolé ce dernier et a ouvert le feu sur lui avec ses phaseurs. Lorsque le collecteur a commencé à exploser, l'Enterprise a téléporté Picard en laissant Ru'afo à bord, ce dernier mourrant alors sur un vaisseau en destruction. L'Enterprise quitta ensuite le Briar Patch pour retourner sur Terre. "Star Trek: Insurrection"

2375-2379 Modifier

L'Enterprise visita la Terre pendant quelques jours en 2376, quasiment en même temps que le contact établi avec l'USS Voyager grâce au Projet Pathfinder, puis remplit une mission à environ sept années-lumière de la Terre l'année suivante. Selon Deanna Troi, c'était une mission importante, mais les objectifs n'ont jamais été abordés. (VOY: "Pathfinder", "Life Line")

Aux alentours de 2375 et 2379, l'Enterprise subit une lourde refonte. Quatre lance-torpilles à photons ont été ajoutées à l'arrière, ainsi que d'autres tubes de torpille à l'avant : un lance-torpille combiné à l'arrière de la passerelle, un seul et unique sur le pont du hangar arrière et un seul sur la base avant de la terrasse de la passerelle.

La passerelle a été modifiée avec des rambardes et les consoles ont été améliorées, s'affichant ainsi sur tout le long des murs babords et tribords équipées d'écrans plus détaillés. De plus, de nouveaux pylônes de nacelles ont été montés à cette période, légèrement plus longue, plus large et plus étirés vers l'arrière que ceux d'origine, équipés de quatre banques de phaseurs additionnels. "Star Trek: Nemesis"

L'opposition à Shinzon Modifier

En 2379, l'Enterprise retourna vers la Terre afin de célébrer le mariage de William T. Riker et de Deanna Troi. Le vaisseau partit ensuite pour Bétazed, où une autre cérémonie, un mariage Bétazoïde traditionnel, devait avoir lieu.

La découverte de B-4 (Proto) Modifier

Alors en route, le vaisseau détecta des signaux positroniques inhabituels depuis le système Kolarin, découvrant ainsi un autre androïde de type Soong, le prototype B-4. Juste après, l'Enterprise fut ordonné de se rendre sur Romulus pour un rendez-vous avec le nouveau Praetor, Shinzon, qui apparemment voulait négocier des pourparlers de paix. La découverte de B-4 et les ouvertures de paix se révélaient en fait être une ruse afin de capturer le capitaine Picard et ainsi révéler les positions tactiques des vaisseaux de Starfleet.

Les véritables plans de Shinzon Modifier

Lorsque les plans de Shinzon se révélèrent, qu'il voulait utiliser son vaisseau, le Scimitar, afin de détruire toute vie sur Terre et remporter la guerre avec la Fédération, l'Enterprise s'est joint au Starfleet Battle Group Omega et fit barrière à Shinzon.

La bataille du rift de Bassen Modifier

Shinzon rattrapa l'Enterprise dans le rift de Bassen et que, suite à la confrontation, le vaisseau fut gravement endommagé, comprenant une importante brèche dans la coque de la passerelle, détruisant l'écran de visualisation et les contrôles et désactivant le moteur de distorsion.

Dans une vaine tentative, Picard ordonna au Conseiller Deanna Troi de prendre la navigation de l'Enterprise et de l'envoyer s'éperonner dans le Scimitar, résultant une perte de la zone avant de la section soucoupe. La collision a désactivé le Scimitar, mais Shinzon, dans un esprit de vengeance, activa sa mortelle arme au thalaron et cibla l'Enterprise.

L'arme fut surchargée et le Scimitar détruit par l'intervention du lieutenant-commander Data qui se sacrifia afin de sauver l'Enterprise, Picard et, indirectement, la Terre.

Après l'incident du Scimitar, l'Enterprise retourna sur Terre où il subit une longue réparation à l'un des spatiodocks orbitant autour de la Terre. "Star Trek: Nemesis"
Une animation du script de Star Trek Nemesis révéla que c'était le vaisseau USS Hemingway qui remorqua l'Enterprise très sévèrement endommagé jusqu'à la Terre.
Selon le script de Star Trek Nemesis et d'une scène coupée, l'Enterprise était sur le point d'explorer le système de Denab après sa refonte. Dans cette scène, vous pouvez également voir le Commander Martin Madden, le nouvel officier de commandement, sa première rencontre étrange avec Picard (qui, suite à une blague, a reçu des conseils inavisés et amusant de Riker) ainsi que le fauteuil du capitaine dont la plupart des passerelles de Star Trek n'avaient pas : une ceinture de sécurité.

Informations techniques Modifier

Dans sa configuration originale, l'Enterprise-E mesurait 700 mètres de long et était haut de 24 ponts selon Jean-Luc Picard, cependant le Pont 26 a été mentionné comme étant contrôllé par les Borgs. Le vaisseau était équipé de douze batteries de phaseurs et cinq tube lance-torpilles.

En 2379, l'Enterprise-E a subi une seule refonte, ajoutant quatre batteries de phaseur et cinq tubes lance-torpilles en plus. Cinq ponts en plus ont été ajoutés, ramenant le nombre de ponts à 29.

Les sections comprenaient les contrôles du déflecteur, la cartographie stellaire, l'hydroponique (au pont 11), ainsi qu'une salle d'infirmerie. La salle des moteurs principale et l'infirmerie se trouvaient au pont 16. "Star Trek: First Contact"
Dans le script de Star Trek: Nemesis, Picard fait mention que la puissance des phaseurs dorsaux de type XII étaient d'environ 125 000 térajoules, mais cela n'est pas apparu dans le film. John Eaves l'a confirmé lors d'une interrogation concernant le script. (Site officiel PM de John Eaves) "La puissance totale des phaseurs était, en effet, ajouté dans le script à un moment donné mais fut retiré car on en avait pas besoin, (125 000 térajoules)."
Le navire pouvait être contrôllé par une une colonne de gouvernail manuel située sur la passerelle. "Star Trek: Insurrection" C'était également le premier Enterprise a avoir été équipé d'un Hologramme Médical d'Urgence. "Star Trek: First Contact"
Ronald D. Moore précisa que, au moment de First Contact, l'Enterprise-E n'avait "définitivement" plus aucun enfant à bord. (Chat AOL, 1998)
L'Enterprise emportait en son bord un nouveau design de navettes ainsi que de nouvelles formes de transport, comprenant un Yacht du capitaine équipé de la distorsion, le Cousteau, "Star Trek: Insurrection" ainsi qu'une navette spéciale pour tout type de mission, l'Argo. "Star Trek: Nemesis" Le Yacht était incorporé à la face ventrale de la soucoupe et pouvait se détacher pendant le déploiement. D'autres navettes auxiliaires étaient lancées depuis deux hangars à navettes, l'un au bout de la poupe de la coque secondaire et l'autre au bord de la coque primaire. Les membres d'équipage se composaient des espèces différentes comme les Humains, les Vulcains, Bajorans, Bétazoïdes, Boliens et les Trills, mais aussi un Klingon et un androïde. "Star Trek: Insurrection"
Dans la trilogie The Q Continuum de Greg Cox, il est mentionné que l'Enterprise était équipé de packs de gels bio-neuraux comme ceux utilisés par l'USS Voyager.

Manifest d'équipage Modifier

Voir : Personnel de l'USS Enterprise NCC-1701-E
Dans les scènes coupées de la sortie en théâtre de Star Trek: Nemesis (mais inclues dans les DVD sortis en 2003 et 2005), il est indiqué que le Commander Martin Madden prend le relais de premier officier à la place de Riker et que Beverly Crusher quitta le navire pour être à la tête de Starfleet Medical. Dans les versions précédentes du script, il y est également référencé un Andorien en tant qu'officier des opérations. Le nouveau Conseiller était une femme selon le dialogue. Les romans narrant la période après Nemesis avaient ignoré ces scènes coupées et quelques nouveaux personnages avaient été créés par les auteurs. Beverly Crusher était retournée sur l'Enterprise, débutant une nouvelle relation amoureuse avec le Capitaine Picard, se marriant éventuellement et, dans le troisième volet Lost Souls de la trilogie Star Trek: Destiny, elle était enceinte de leur premier enfant. Worf était également promu au grade de Commander et devint le nouveau Premier officier de l'Enterprise.
Dans Countdown, la mini-série de comics menant à Star Trek, qui se déroulait alors en 2387, Picard avait quitté l'Enterprise et Starfleet pour devenir ambassadeur de la Fédération sur Vulcain. Worf avait également à nouveau quitté Starfleet et était devenu général de la Force Impériale Klingonne et un Data restauré (dans le corps de Proto/B-4) était désormais capitaine de l'Enterprise. Geordi La Forge avait pris sa retraite de Starfleet afin de concevoir de nouveaux vaisseaux, comprenant le Jellyfish, bien qu'il soit listé comme étant commissionné par l'Académie des Sciences de Vulcain. Aussi, l'intrigue de Star Trek Online fait mention que Data avait fait son retour grâce à la Fondation Soong (avec l'aide de Geordi La Forge) et qu'on lui a attribué le commandement de l'Enterprise après que Picard eut pris sa retraite.

Plaque inauguraleModifier

U.S.S. ENTERPRISE
Sovereign class - Sixth starship to bear the name
Registry number NCC-1701-E - Launched Stardate 49827.5
San Francisco Yards - United Federation of Planets
Starfleet Command Yard Engineers Spaceframe Devel. Propulsion Sys. Systems Mgmt Research & Dev.

Chief of staff

"To boldly go where no one has gone before..."

Apparitions et références Modifier

CoulissesModifier

  • L'USS Enterprise-E fut imaginé et dessiné par le chef décorateur Herman Zimmerman et l'illustrateur John Eaves. Rick Sternbach réalisa les plans de construction de la maquette qui fut construite par Industrial Light and Magic.
  • L'USS Enterprise-E est le seul vaisseau de classe Sovereign, visible ou référencé dans la saga, l'USS Sovereign étant toutefois présumé comme étant le prototype de la classe par "Star Trek Encyclopedia". D'autres vaisseaux de classe Sovereign, non-canons, sont également cités dans des romans et autres ouvrages.
  • La soucoupe de l'USS Enterprise-E est de forme ovale pour une apparence plus aérodynamique et plus menaçante.

Après Star Trek: Generations, le modèle cinématographique de 6 pieds (183 cm) de l'USS Enterprise-D de classe Galaxy s'est vu modifié son matricule "NCC-1701-E". Penny Juday, l'archiviste des studios Paramount Pictures, n'avait aucune explication de ce changement, le 19 octobre 2001. "TNG Saison 2, Disque 6" : "Inside Starfleet Archives". Il s'est avéré que le changement ait été fait aux studios d'Industries Light & Magic par John Goodson afin que le modèle soit utilisé après Generations, supposant alors que le nouvel Enterprise soit aussi un vaisseau de classe Galaxy et que le changement du matricule éviterait à qui prendrait la relève de faire des effets spéciaux pour changer le matricule lui-même. "Industries Light & Magic: Into the Digital Realm" p.60.

L'Enterprise-E était, en vérité, l'unique remplacement d'un vaisseau "héros" détruit précédemment qui n'était pas d'un vaisseau de la même classe que son prédécesseur, contrairement à l'Enterprise-A (et son homologue de la réalité alternative), l'USS Defiant (NCC-75633) et le Delta Flyer II. Il a été principalement conçu par John Eaves sous la supervision d'Herman Zimmerman. En utilisant les croquis de Eaves, Rick Sternbach a réalisé les plans pour un modèle physique de 10 pieds (305 cm). Eaves et Zimmerman ont également supervisé le design intérieur de la passerelle, de l'ingénierie et des corridors, bien que la plupart des décors de Star Trek: Voyager étaient également réutilisés pour le tournage de Star Trek: First Contact et Star Trek: Insurrection. Bien que l'Enterprise-E a été mentionné dans plusieurs épisodes de Voyager, le navire n'a jamais été aperçu à l'écran en-dehors des films. Cependant, l'intérieur du vaisseau est visible dans une communication avec Deanna Troi dans VOY: "Life Line" ainsi que l'intérieur d'un turbolift réalisé pour les films et qui a été réutilisé pour l'Enterprise-D dans ENT: "These Are the Voyages...".

Le modèle physique de 305 cm construit sous la supervision de John Goodson aux studios d'Industries Light & Magic (ILM), a été utilisé pour les plans des effets visuels pour Star Trek: First Contact, accompagné d'une version CGI. Dans Star Trek: Insurrection et Star Trek: Nemesis, les versions CGI du vaisseau ont totalement remplacé le modèle physique.

Le modèle CGI de Nemesis comprenait plusieurs modifications conçues par John Eaves. En plus des nouvelles armes mentionnées ci-dessus, les pylônes des nacelles ont été légèrement modifiées et la connexion entre les coques primaires et secondaires proche du hangar à navettes principal était plus épuré.

Le modèle de l'Enterprise-E dans Star Trek: First Contact (Lot #107) a été vendu à la vente aux enchères pour les 40 ans de Star Trek: La Collection le 5 octobre 2006 pour un montant de 132 000 US$ y compris le bonus de l'acheteur (la mise gagnante s'élevait à 110 000 US$). [1]

Le nombre de ponts sur l'Enterprise-E a toujours créé la confusion. Les plans de construction pour la miniature cinématographique créée pour Star Trek: First Contact mentionne exactement 23 ponts. Picard explique à Lily Sloane que le navire comprend 24 ponts, alors que le master systems display sur la passerelle nous laisse prendre l'une ou l'autre interprétation. Mais plus tôt, cependant, Daniels faisait rapport que les Borgs avaient pris le contrôle des ponts 11 à 26. Michael et Denise Okuda expliquaient dans les commentaires textuels du film, lors de la scène où Picard explique à Lily concernant les 24 ponts : "Malheureusement, précédemment dans le film, on nous apprend que le vaisseau a au-moins 26 ponts. On ne peut pas imaginer que Picard ne sait rien de son propre vaisseau, nous avons donc imaginé que les deux autres ponts sont top secrets pour des raisons non explicites. Soit cela, soit sa mémoire a été affectée par sa précédente assimilation par les Borgs. Ce n'est certainement pas une boulette car la conception du vaisseau a légèrement changé pendant le tournage."

Dans Star Trek: Nemesis, le Vice-Roi rémien tomba de plusieurs ponts dans un tunnel de maintenance. Puisque que le Vice-roi et les autres rémiens ont abordé le vaisseaux sur le pont 29, on peut supposer que la bataille qui s'ensuivit prenait place sur le pont 29, et que le Vice-roi tomba depuis ce pont-ci, donnant l'impression qu'il pourrait y avoir 35 ponts voire plus, ou bien que le schéma normal des ponts a été altéré et que le navire comptait plutôt davantage de ponts que la hauteur mesurée du vaisseau.

Ce n'est pas le cas puisque les signalétiques dans les corridors, où les échanges de tirs de phaseurs entre les officiers de l'Enterprise et les Rémiens avaient lieu, indiquent en vérité qu'ils se trouvaient sur le pont 9. Cela suggère en vérité que les deux factions se sont retrouvées à mi-chemin de leur destination (les officiers de l'Enterprise au pont 29 et les Rémiens en direction de la passerelle sur le pont 1).

Taille Modifier

Il est noté sur les graphiques que chaque nouveau vaisseau Enterprise est légèrement plus long que le précédent. Dans Star Trek: First Contact, Picard informe Lily Sloane que l'Enterprise-E est "d'environ 700 mètres de long", conformément à sa taille voulue de 2 248 pieds (685 mètres). John Eaves décrit les raisons comme suivant :

Quand le "E" a eu son approbation finale, nous avons établi les graphiques de tous les Enterprises de profil. Herman [Zimmerman] et moi avons couché sur papier un paquet de silhouettes du "E" en plusieurs tailles pour voir sur quelle échelle se situerait le nouveau par rapport aux autres. Nous avons trouvé une taille plus appropriée et nous avons apposé une échelle de longueur et qui serait de 2 248 pieds. Rick [Sternbach] attendait de faire les plans et a ajouté sa créativité à la conception, donc nous lui avons donné un dessin avec ces mesures. À partir de là, il a fait les mesures du vaisseau tout entier... [2]
Au 7 janvier 1997, les dimensions suivantes de Rick Sternbach ont été ajoutées au FAQ: A History of Ships Named Enterprise : [3]
Longueur : 2 248 pieds (685 mètres)
Largeur : 820 ft (250 m)
Hauteur : 290 ft (88 m)
Longueur de la soucoupe : 1 150 ft (350,5 m)
Envergure des nacelles : 700 ft (213 m)
Longueur des nacelles : 1 056 ft (322 m)
La même longueur, largeur et hauteur (en mètre) apparaît sur un poster de SciPubTech dans la même période. De plus, la longueur de 2 248 pieds est listée dans au-moins trois chartes graphiques comparatives réalisées pour Star Trek: First Contact. [4] Elle peut également être vue dans les chartes préparées pour Star Trek: Insurrection. [5] La charte graphique des tailles de Star Trek: Nemesis la place à 2 250 pieds, concordant avec la révision de la taille à la fois pendant le tournage et à la fois pendant les périodes creuses des étapes des révisions de conception. [6][7]

Non-canon Modifier

Dans le roman Ship of the Line, l'Enterprise a été attribué au capitaine Morgan Bateson pendant son vol inaugural, ce qui incluait des jeux de guerre près de la frontière klingonne. Tout au long du voyage, en tant que chef-ingénieur temporaire, Montgomery Scott.

Certaines missions de l'Enterprise pendant la Guerre contre le Dominion sont mentionnées dans Behind Ennemy Lines, Tunnel Through the Stars et Tales of the Dominion War. Dans la série de livres DS9 Millennium, l'Enterprise a été détruit à la Bataille de Rigel VII dans un futur alternatif dont les courageux héros de Deep Space 9 ont ultérieurement stoppé.

Star Trek: A Time to..., ayant lieu peu de temps avant les événements menant à Star Trek: Nemesis, présentait l'Enterprise comme étant impliqué dans un scandale politique majeur qui déshonore le navire et l'équipage pendant toute l'année qui suivit ; une duologie finale dans cette série qui présente un Enterprise qui a reçu l'ordre d'envahir et d'occuper une planète souveraine, ayant une certaine ressemblance avec les situations politiques réelles du temps où le roman a été écrit. Une "relance de TNG" en quelque sorte qui suivait les activités de l'Enterprise après Nemesis ; le premier livre de la série, Death in Winter, a été publié en septembre 2005.

Le roman Resistance a établi qu'avant qu'il ne quitte l'Enterprise pour le Titan, le Commander Riker avait baptisé la version Enterprise du bar de l'équipage, ou l'Avant-Toute, en tant que "Club des Chevaucheurs de Derrière Heureux" (Happy Bottom Riding Club), un nom que Worf détestait absolument et dont il refusait d'y aller en toute circonstance. Le nom du bar dérive du lieu de boisson similaire à celui dont les anciens astronautes Terriens avaient l'habitude de fréquenter. Il établit également que tous les ordinateurs du navire qui étaient fabriqués dans la dernière décennie contenaient des codes encryptés sur la technologie d'occultation des Romuliens, qui pouvait être décrypté en cas d'urgence en utilisant les codes d'un amiral et ainsi permettre à l'équipage de construire leur propre dispositif d'occultation. Dans Resistance, l'équipage séparait le module soucoupe de la section ingénierie (un fait que l'Enterprise n'avait pas encore réalisé auparavant) et ensuite camouflait la section ingénierie afin d'engager le combat face à un cube Borg. Pendant Resistance, Worf est promu officiellement en tant que Premier officier après avoir occupé le poste de suppléant officieusement lors de la reconstruction du navire après la confrontation avec le Scimitar. Dans Q&A, une rencontre avec Q révèle que son précédent contact avec l'équipage avait pour but de les préparer à une rencontre avec "Eux", une espèce encore plus supérieure à celles des Q, dont l'une des réponses de Picard Les convaint que l'Univers mérite d'exister. Le roman Before Dishonor allie l'équipage de l'Enterprise avec Spock et Seven of Nine puisqu'il sont forcés de réactiver le tueur de planète original après que l'Amiral Janeway a été assimilée et devient la nouvelle Reine d'un super-cube Borg, la confrontation mène à la disparition de Pluton et à la destruction du cube et aussi à l'apparente mort de Janeway. La mini-série Destiny achève la destruction finale des Borgs après que le Titan connaisse leur véritable origine, mais la Fédération est dévastée à la suite de l'invasion, avec le reste des romans se focalisant sur le role que l'Enterprise jouera dans la reconstruction au milieu de la création du Pacte de Typhon, une "anti-Fédération" constituée de la plupart des plus grands ennemis de la Fédération, comprenant les Romuliens, les Tholiens et les Breens. Après les événements de la mini-série The Fall, l'Enterprise est envoyé dans de nouvelles missions d'exploration.

Dans le Star Trek: The Next Generation Technical Manual (qui a été imprimé avant Star Trek: First Contact), il était spéculé que l'Enterprise-E pouvait être de classe Nova.

Dans Star Trek: Countdown, un lien avec le film Star Trek de 2009, l'Enterprise-E était toujours actif en 2387 avec Data succédant Picard en tant que capitaine, qui a été ramené à la vie après avoir implanté avec succès le réseau neuronal dans les engrammes mémoriels déjà existants de B-4 (Proto).

L'intrigue de Star Trek Online suit le scénario dans la série de Comic Countdown, avec Data en tant que capitaine au 25ème siècle. La ligne temporelle mentionne uniquement que l'Enterprise-E fut retiré du service en 2408, mais son sort demeurt inconnu ; cependant en 2409, un nouveau vaisseau de classe Odyssey est baptisé Enterprise (NCC-1701-F), suggérant que son prédécesseur a été retiré ou détruit. L'histoire courte "Unexpected Honor", écrit pour le Numéro 40 du Star Trek Magazine de mai 2012, révèle que l'Enterprise-E a été détruit dans une ambuscade par les Ondines à la Base Stellaire 236 en 2408 ; parmi les survivants on compte le capitaine Data qui a pris sa retraire de Starfleet afin de mettre à l'enseignement sur Terre.

L'Enterprise a également été mentionné dans de nombreuses productions non-canon, incluant les jeux de stratégie Star Trek: Armada, Star Trek: Armada II, Star Trek: Bridge Commander, Star Trek: Starfleet Command III, Star Trek: Elite Force II, Star Trek: Legacy et, plus récemment, Star Trek Online.

Liens externesModifier



Erreur de référence : Des balises <ref> existent, mais aucune balise <references/> n’a été trouvée.
Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-NC  .