FANDOM


MONDE RÉEL: Littérature trekkienne
(Œuvres apocryphes / non-canons)
Roman

World without end

Titre : World without end
Genre : Roman
Auteur(s) : Joe Haldeman
Illustrateur : Eddie Jones (1979)
Kazuhiko Sano (1993)
Équipage : TOS
Éditions : Bantam Books
Publication : Janvier 1979
Pages : 150
ASIN/ISBN : ISBN 0553125834

Titre VF : Le monde sans fin
Traduction : Gilles Dupreux
Éditions VF : Fleuve Noir #21
Publication : 1994
Pages VF : 190
ASIN/ISBN : ISBN 226500152X

Date stellaire : 7'502.9
Date terrienne : 2270s

World without end / Le monde sans fin est un roman racontant Kirk face à la magie...

RésuméModifier

Chapitre premier
Journal de bord du capitaine, date stellaire 7502.9: L'Entreprise est sur le point de boucler une mission de repérage du Secteur 3 de ce quadrant de l’espace. Ce matin, nous avons eu droit à un spectacle rare. A 7 :39 heures, Antarès a éclipsé Deneb. Pendant quelques instants, les deux plus gros soleils de cette zone ont semblé ne former qu'une seule boule de feu rouge et bleu.
L’équipage s'est régalé de l’événement. Jusqu'à aujourd’hui, le voyage était plutôt monotone...
ALERTE JAUNE
CET ARTICLE EST INCOMPLET
N'hésitez pas à éditer cette page pour le terminer.
Des précisions sur les informations nécessaires à compléter peuvent figurer sur la page de discussion de l'article.
Vous pouvez traduire le contenu figurant dans les autres versions linguistiques de Memory Alpha
ou créer un texte original.
Journal de bord du capitaine, date stellaire 7503.0: Nous venons de faire une découverte remarquable. A la date stellaire 7502.93, le vaisseau est passé à proximité d’un champ magnétique extrêmement puissant. Tous les appareils non « protégés » ont été perturbés.
Il était de mon devoir, j’en suis persuadé de suspendre la mission en cours pour voir de quoi il en retournait.
C’est fait. La source de la perturbation est une espèce de véhicule de la taille d’un astéroïde (217 kilomètres de diamètre). L'engin est habité.
Une réunion des officiers supérieurs et du personnel scientifique est prévue à 18 :30 heures.
Chapitre II
Chapitre III

...

Journal de bord du capitaine, date stellaire 7504.5: Tenu par le commander Spock, temporairement aux commandes du vaisseau.
Le capitaine Kirk et son équipe sont prisonniers à l’intérieur du vaisseau étranger. Le téléporteur ne fonctionnant que dans un sens, il nous est impossible de les ramener. Plusieurs théories ont été avancées pour expliquer ce phénomène. La plus vraisemblable postule que le revêtement interne du vaisseau, invisible sous quatre-vingts mètres de roche, est, du point de vue optique, parfaitement lisse dans la plage d’une fraction de la longueur d’onde d’un électron. Nous ignorons comment cela est possible. Le résultat, c'est que le téléporteur ne peut verrouiller correctement son onde porteuse. En un mot, il est capable d'envoyer n'importe quoi dans le vaisseau, mais il lui est impossible de réaliser l’opération inverse.
Si cette théorie est juste, il suffira de percer un trou dans le revêtement pour résoudre le problème. Cependant, nous différons cette action, qui pourrait être tenue pour une agression ou mettre en danger la survie des indigènes.
Une équipe de la sécurité se tient prête en salle de téléportation. Elle interviendra au premier indice de danger. Le capitaine et ses hommes sont actuellement en cellule. Ils attendent d’être interrogés.
Chapitre IV
Journal de bord du capitaine, date stellaire 7502.2. : Tenu par le commander Spock, L’Entreprise est toujours en état d’alerte maximale.
Grâce à l’habile interrogatoire mené par le capitaine Kirk et son équipe, nous avons une idée assez complète de la société chatalienne.
Chaque individu appartient à une famille; les familles sont divisées en castes. Un homme ne peut parler qu'aux membres de sa caste ou de la caste immédiatement inférieure ou supérieure. L’isolement des personnes est amplifié par le fait que chaque famille a son propre langage (techniquement, il s’agit plus de dialectes que de langages...). En clair, un charpentier de seconde caste peut, en théorie, parler à un boulanger du même niveau. Hélas, ils sont incapables de se comprendre.
En conséquence, une des familles les plus « fournies » est celle des interprètes. Presque toutes les transactions, commerciales ou autres, requièrent la présence d’un médiateur linguistique...
Les magiciens, relativement peu nombreux, sont exemptés des restrictions de caste. Ils peuvent parler à tout le monde. Eux aussi ont besoin des services d’un interprète.
Il semble n'y avoir que deux castes parmi les magiciens. Ceux de la première s'apparentent à des « intouchables ». Ils vivent dans une zone distincte, sur une île, près du pôle « nord » de la sphère. Leur fonction essentielle est la reproduction, effectuée, dit-on, par magie.
Le contrôle des naissances est très rigoureux. Quand une personne meurt, une autorisation de remplacement est délivrée après un délai de deux ans.
Le mot « enfant » n’a pas d’équivalent en chatalien. Selon nos informateurs, des adultes parfaitement fonctionnels sont livrés par les magiciens auter-Chataliens qui vivent dans les zones rurales entourant la cité. Là, ces individus sont formés, puis remis à leur famille...
Chapitre V

...

Journal personnel du commander Spock, date stellaire 7506.22: Je trouve désobligeant que le vaisseau soit pris au piège alors qu’il est sous mon commandement.
Cependant, je crois n'avoir commis aucune imprudence. Avant la découverte de l’épave, nous n'avions aucun moyen de deviner le danger...
Question : Si j'avais donné l’ordre d’éloigner le vaisseau du planétoïde dès la localisation de l’épave, aurions-nous échappé à la capture ?
Réponse : Données insuffisantes. A ce moment-là, nous étions peut-être déjà prisonniers. A moins que l’exploration du vaisseau naufragé ait déclenché quelque dispositif automatique de défense ?
Les conjectures ne remplacent pas la logique. Pour l’heure, notre situation doit être considérée comme l’énoncé du problème. Réfléchir aux causes peut être utile pour comprendre et corriger; s’il s’agit de distribuer des blâmes, c’est une perte de temps digne d’un Terrien...
Récapitulatif : Les cristaux de dilithium sont intacts, du moins pour le moment. Le piège, quel qu’il soit, vide symétriquement nos réserves de matière et d’antimatière. Plus nous utilisons de puissance, et plus le planétoïde nous en prélève.
En conséquence, la seule solution est de réduire notre consommation d’énergie.
Le lieutenant Sulu et d’autres officiers pensent que nous devrions essayer de percer le planétoïde avec des tirs de phasers. Bien qu'ayant défendu moi-même cette idée il y a quelque temps (pour secourir l’équipe d’exploration), j’estime que ce serait une erreur aujourd’hui. Une telle débauche d’énergie nous priverait de plusieurs jours de survie, et rien ne dit que la manœuvre réussirait.
En cas de succès, cela risque d’indisposer les Chataliens. Or, si le signal de détresse n'est pas passé, il faudra des mois, voire des années, pour que la Fédération nous localise. Dans cette configuration, nous devrons trouver un moyen de rendre la nourriture chatalienne compatible avec nos organismes. Sinon, seul le lieutenant Glak Sôn, amateur d’arsenic, survivra jusqu'à l'arrivée des secours.
Agresser les Chataliens serait une erreur. Leur expérience des Klingons n’a pas dû être plaisante. A nous de leur prouver notre pacifisme.
Chapitre VI
Journal de bord du capitaine, date stellaire 7506.50: Tenu par le lieutenant-commander Montgomery Scott, aux commandes en l’absence du capitaine Kirk et de M. Spock.
Nous nous sommes posés sur le planétoïde à la date stellaire 7506.1074. Conformément aux ordres de Spock, j’ai désactivé le générateur de gravité pour économiser de l’énergie. Actuellement, nous tirons avantage de la rotation du vaisseau chatalien. Le soudain passage à 0,479 G a rendu patraques pas mal de membres de l’équipage.
Mais tous seront rétablis dans quelques heures.
Nous avons envoyé deux pistolasers à l’équipe d’exploration. Les deux prisonniers chataliens prétendent que le capitaine et ses hommes sont en danger de mort, mais aucun ne veut expliquer pourquoi. Ma suggestion, envoyer des renforts, a été rejetée par le capitaine. M. Spock et lui pensent que l’explosion du fuseur a nui à notre image auprès des Chataliens. Ils veulent éviter à tout prix les actions à caractère agressif.
Pour moi, « à tout prix » ne signifie pas qu'il faille sacrifier six de nos hommes. Une escouade de la sécurité, armée jusqu'aux dents, attends de se téléporter dès que j’en donnerai l’ordre...
Chapitre VII
Chapitre VIII
Ce message est dicté par le commander Spock, officier en second de l’Entreprise. Nous sommes en grand danger. A la date stellaire 7502.9, nous avons découvert un objet remarquable : un vaisseau spatial en forme de planétoïde creux. Il est habité par environ un million d’individus qui se nomment eux mêmes les Chataliens.
L’équipe d’exploration que nous avons téléportée est à présent coincée à l’intérieur de l’objet. Le revêtement interne de l’astéroïde empêche nos appareils de travailler dans les deux sens...
Les Chataliens ont oublié qu’ils vivent à l’intérieur d’un véhicule spatial, Ils prennent les explications du capitaine Kirk pour des manifestations psychotiques.
Pour compliquer les choses, le planétoïde, autrefois, a été attaqué par des Klingons. De cela, les Chataliens s‘en souviennent. Ils nous prennent pour des Klingons...
Nous avons trouvé l’épave du croiseur klingon à la surface de l’objet; une traduction du Journal des Punitions est jointe à cet appel.
L’Entreprise est confronté à la même situation, des siècles plus tard. Le planétoïde suce littéralement notre énergie.
Avertissement à l’attention des sauveteurs. Notre vaisseau se trouvait à cent vingt-trois kilomètres du planétoïde quand il a été pris au piège dans une sorte de nasse composée du même métal que le revêtement mentionné plus haut.
Dans moins d’une semaine, l’équipage devra abandonner le navire et se téléporter à l’intérieur de l’astéroïde. Nous essayerons de survivre pendant plusieurs mois dans cet environnement hostile.
Nous recommandons aux sauveteurs d’avoir recours à un tir de phasers concentré sur une très petite zone. Cela permettra l’utilisation bidirectionnelle du téléporteur; la perte d’air, pour les Chataliens, restera négligeable.
Nous ne pourrons pas survivre indéfiniment dans le planétoïde. Les Chataliens sont inamicaux ; pire encore, leur nourriture n'est pas adaptée à nos organismes.
Ce message est transmis à la date stellaire 7504.96. Pièces jointes : Nos coordonnées et une copie du journal klingon.

...

Journal personnel du commander Spock: La seule manière logique de traiter notre problème est de postuler que nous réussirons, puis de remonter l’arbre de raisonnement qui aboutit à ce résultat.
La première chose envisageable est que la bombe nova ne remplisse pas sa mission. Trois scénarios sont possibles:
1. Un vaisseau de la Fédération l’intercepte. La présence des Klingons prouve que notre message a bien traversé le champ magnétique. Mais l’arrivée de renforts en moins de quarante-six heures semble impossible.
2. La bombe n'explose pas. C’est peu probable. De toute manière, les Klingons en enverraient une autre.
3. La bombe n'est pas assez puissante pour détruire le revêtement interne du planétoïde. C’est l’hypothèse de survie la plus vraisemblable. Mais rien ne dit que l'élévation de température, à l’intérieur du planétoïde, ne soit pas alors suffisante pour nous tuer tous.
Postulons néanmoins que nous sommes vivants à l’intérieur du vaisseau chatalien, l'Entreprise ayant été détruit à l’extérieur.
Il est possible que les Klingons soient satisfaits et s'en aillent. Malheureusement, il est prévisible qu'ils téléporteront plutôt une force armée à l’intérieur de la sphère. Les Chataliens les ont vaincus il y a plusieurs siècles. Avec notre aide, il sera possible d’en faire autant avec moins d’effusion de sang (de notre côté, car les Klingons ont pour habitude de s'ôter la vie quand ils échouent).
La suite des événements dépendra alors des magiciens.
1. Ils nous exécutent purement et simplement. Cette solution, pour triviale qu'elle soit, n'est pas à exclure.
2. Les magiciens de la première caste sont vraiment les pilotes et ils veulent bien nous aider. Dans ce cas notre survie dépendra de deux facteurs:
A. La nourriture. Si l’eau chatalienne contient de l’arsenic, nous pourrons la purifier au moyen de la méthode de Marsh. Pour les nutriments solides, l’affaire risque d’être plus délicate.
B. Trouver le moyen de sortir. C’est essentiel pour être secourus quand arrivera un vaisseau de la Fédération.
3. Les magiciens sont bien les pilotes, mais ils n'ont aucune intention de nous aider. L'utilisation de la force est à déconseiller. Nous ne pourrons pas nous battre éternellement, et nos armes risquent de ne pas suffire contre celles des Chataliens.
La diplomatie semble préférable. Offrir notre aide aux magiciens pourrait avoir d’excellents résultats. Même si la bombe nova n'a aucun effet sur l’intérieur de Chatalia, elle détruira sûrement le statoréacteur. Les ingénieurs de la Fédération n'auront aucun mal à le réparer ou à le remplacer.
4. Les magiciens ne sont pas les pilotes. Le vaisseau peut être entièrement automatique, ou dériver dans l’espace depuis des centaines d’années. Dans ce cas, ce sera à nous de comprendre son fonctionnement et de trouver, si c’est possible, un moyen de percer le revêtement.
Conclusion : Ces spéculations risquent de se révéler futiles. A mon avis, la bombe détruira Chatalia. Philosophiquement, face à la mort, un homme ne doit-il pas...
Chapitre IX
Chapitre X
Date stellaire. 7508.9: Heure du vaisseau 0820. Le lieutenant Uhura est chargée de superviser la procédure d’évacuation. Suivant le conseil du capitaine Kirk, nous avons choisi comme site d’arrivée la zone rurale où vivent les ter-Chataliens, apparemment moins agressifs que leurs compatriotes citadins.
Une fois le camp dressé et les défenses mises en place, la priorité sera d’analyser l’eau et les nutriments locaux. L’enseigne Amstel, du département Chimie, pense pouvoir extraire l’arsenic, ce qui nous permettrait de survivre indéfiniment. Sinon, nous aurons pour dix-neuf jours de vivres (2500 kCal/jour) et d’eau (5 l/jour).
Une action massive dirigée contre l’île des magiciens n’est pas envisageable. En effet, il ne nous reste que dix paires de bottes, qui ont été remises à un commando de la sécurité, également équipé d’ailes. Ces hommes constitueront notre force spéciale d’intervention, au cas où les choses tourneraient mal pour le capitaine et son équipe.
Aux dernières nouvelles, ils sont entre les mains des magiciens, piégés dans une sorte de filet invisible.
L’évacuation commencera à 9 :45 heures, les téléporteurs fonctionnant par cycles d’environ six secondes. Tout devra être fini trois minutes plus tard. Alors ce sera à moi de jouer...
Lieutenant-commander Montgomery Scott.
Chapitre XI
Chapitre XII
Chapitre XIII
Chapitre XIV

Éditions USModifier

Édition francophoneModifier

Traduction: Gilles Dupreux
Pages: 190
Référence: ISBN 226500152X
4ème de couverture
Le capitaine James T. Kirk ne redoute aucun adversaire. C'est une part de sa légende.
Mais si la Galaxie lui a opposé toutes sortes de technologies redoutables et d'êtres suprêmement intelligents, jamais jusqu'à ce jour, il n'avait eu à affronter un ennemi venant du fond des âges.
La magie !
Vaincra-t-il le Père Mécanique tapi au cœur d'un étrange vaisseau-monde, ou devra-t-il baisser pavillon pour la première fois de sa carrière ?

CommentairesModifier

Néant

RéférencesModifier

Liens externesModifier

Livre précédent:
Trek to Madworld
Bantam Books
Livre suivant:
The Fate of the Phoenix
Livre précédent:
Star Trek Adventures #12 Doctor's Orders
Titan Books
Fin de collection
Livre précédent #20:
Flamme Noire
Fleuve Noir
Livre suivant #22:
L'univers de Spock
Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-NC .